Bourse : le luxe devant la tech

by Annabelle Azade -
Bourse : le secteur du luxe devance désormais la high tech

Le luxe deviendrait-il la nouvelle valeur boursière incontournable ? C’est fort possible, selon les experts qui estiment que l’industrie du luxe devancerait même le secteur de la high-tech, pourtant quasi indétrônable depuis une dizaine d’années.

 Le CAC 40 enregistre une hausse de près de 19% depuis début 2021, porté notamment par les valeurs du luxe comme L’Oréal, LVMH ou encore Kering et Hermès qui côtoient toutes des sommets historiques et semblent sorties renforcées de la crise sanitaire.

L’envolée des poids lourds du luxe

LVMH, L’Oréal, Kering, Hermès, toutes les plus grandes valorisations du luxe, moteur du CAC 40, sont dans le vert, portées notamment par des estimations relevées en raison d’une tendance favorable.

Le luxe aiguiserait bel et bien l’appétit des investisseurs. Selon Le Figaro, le leader mondial du secteur LVMH « affiche une progression de plus de 50% par rapport à son pic du mois de janvier 2020 ».

L’Oréal affichait une progression de 23% avec un cours de bourse à 385 dollars, Hermès grimpait de 35% à plus de 1100 dollars. Avec des bénéfices record, le groupe de luxe Kering était en hausse de 1,2% à 745,60 euros à la fin mai.

La reprise économique en Asie a largement boosté la relance de L’Oréal, avec + 37.9% en Chine, alors que l’Europe de l’Ouest a été lourdement affectée par la crise sanitaire, affichant un recul de – 0.1%.

Quant à Kering, la reprise du marché américain au premier trimestre 2021 a été aussi positive avec une hausse de 46% des ventes.

A lire sur Alvexo: “Les prix des matières premières s’envolent” 

AL_FR_logos_970x250

Des “nouveaux sommets”

Comment expliquer ces plus hauts historiques des KHOL (acronyme des quatre géants du luxe) ? Tout d’abord, la fin progressive des confinements et autres couvre-feu grâce à une vaccination et une réouverture des lieux publics.

« En dépit de la crise sanitaire et des mesures associées qui perdurent dans certains pays, notamment en Europe de l’Ouest, le marché de la beauté continue de se redresser », constatait Jean-Paul Agon, PDG du groupe L’Oréal, au micro de BFM Business.

Le consommateur luxe répond toujours présent même si les flux touristiques n’ont pas encore repris. C’est aussi tout un secteur qui démontre une grande capacité de résilience et qui a su, au plus fort de la crise, s’adapter au niveau communication, production, distribution en ligne.

Autre piste envisagée : cette envie de “vanité”, similaire à celle du début des Trente Glorieuses après la Seconde Guerre mondiale, qui avait signé un essor de la mode…

La high tech en perte de vitesse ?

Le luxe a-t-il surperformé la tech ? Aujourd’hui, les valorisations records du luxe sont clairement plus élevées que celles des géants de la tech.

Ce secteur, favori des investisseurs depuis plus de dix ans, semble être impacté par le déclin de la réputation des GAFAM au cours des deux dernières années, empêtrées dans des procès pour non-respect de la vie privée des utilisateurs.

Le contenu ci-dessus est considéré comme une information à titre indicatif et ne peut être assimilé à une recherche ou un conseil en investissement indépendant.

CAC 40, Or, Pétrole… Suivez sur la chaîne YouTube d’Alvexo les analyses du spécialiste Stéphane Ceaux-Dutheil.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo