Les prix des matières premières s’envolent

by Annabelle Azade -
Le cours des matières premières bat des records

Les matières premières ont été très convoitées pendant le confinement. Seront-elles bientôt surévaluées ?

Après presque un an et demi de tumulte sur les marchés financiers, les experts anticipent une inflation accentuée vers la fin de l’année et la fin des taux bas avec une possible accalmie de la crise sanitaire.

 Les cours des métaux comme le cuivre, le fer, ou encore les produits agricoles, comme le blé, le maïs et le soja battent des records. Cette ébullition des cours n’est pas sans rapport avec les tensions géopolitiques et la crise sanitaire.

Une offre limitée pour une demande croissante 

Si la crainte d’une inflation grandit, la demande en matières premières aussi : population mondiale en croissance exponentielle, reprise de l’économie grâce au vaccin contre le coronavirus… Les pays du monde entier, la Chine en premier, sont plus que jamais en demande de matières premières. La remise sur pied de l’économie chinoise dès juin 2020 a signé le rebond des matières premières – qu’il s’agisse des métaux à usage industriel ou des produits agricoles.

“La demande explose, l’offre ne suit pas”, constate au micro de France Inter Philippe Chalmin, professeur à l’Université Paris-Dauphine, et directeur du rapport annuel Cyclope, la bible annuelle des matières premières. “On ne s’attendait pas à une reprise aussi rapide”, reconnaît-il.

A lire sur Alvexo : “Le CAC 40 en territoire record ?

AL_FR_logos_970x250

L’or devrait profiter de l’inflation

Comme le précise le magazine Capital.fr, le début de l’année a été difficile pour le métal jaune, avec “des changements de perspectives macro-économiques”. Mais la peur d’une inflation a redonné confiance aux épargnants.

« Après une consolidation importante, entre août et mars, où le cours de l’or est passé de 2075$ à 1680$, le métal jaune est reparti à la hausse. Il a touché à nouveau les 1917$. Cette reprise s’explique par une demande en hausse. Les banques centrales sont de nouveau à l’achat. Il faut ajouter à cela la détente des rendements obligataires et la reprise de la parité EUR/USD », explique l’analyste Stéphane Ceaux-Dutheil dans la rubrique Alvexo Plus.

Qu’augure la flambée des cours actuelle ?

Pour lemonde.fr « mai restera gravé dans les annales économiques. A cette date, les cours du cuivre et du fer ont battu, à tour de rôle, leur record historique respectif. Le métal rouge a dépassé la barre symbolique des 10 000 dollars (8 167 euros) la tonne sur le London Metal Exchange (LME), en début de mois. Quelques jours plus tard, la tonne de minerai de fer se négociait au plus haut, à 230 dollars la tonne sur le marché à terme de Singapour ».

Pour certains experts, la conséquence plus grave, au-delà d’une flambée des cours des produits agricoles, pourrait bien être un retour des conflits politiques, notamment un nouveau printemps arabe.

“Traverser la pandémie, au moment où les prix de la nourriture augmentent, s’avère être un vrai défi”, explique David-Michael Lincke, Head of Portfolio Management chez Picard Angst au site All News.

L’indice FAO était en hausse annuelle de 30% le mois dernier. Avec la pandémie et une forte hausse de denrées conservables au long terme par les consommateurs, les demandes en soja, en maïs, et en blé ont explosé à l’échelle mondiale.

Selon France Inter, la dernière flambée des prix avait été « en partie éclipsée, à l’époque, par la crise financière de 2008 ». Néanmoins, en 2007, les besoins de la Chine avaient déjà provoqué une montée des prix impressionnante, et ce jusqu’en 2013.

Le contenu ci-dessus est considéré comme une information à titre indicatif et ne peut être assimilé à une recherche ou un conseil en investissement indépendant.

CAC 40, Or, Pétrole… Suivez sur la chaîne YouTube d’Alvexo les analyses du spécialiste Stéphane Ceaux-Dutheil.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo