Recevoir la retraite de son conjoint lorsqu’il décède ? Près de 67% des Français y sont favorables ! C’est le résultat d’une enquête menée par la CFDT. Intitulée “Parlons retraite”, le sondage sur la retraite et les pensions de réversion est ouvert à tous en ligne cet été.

De leurs manières de consommer, en passant par leurs revenus et leurs loisirs, le formulaire compte plus de 150 questions. De quoi inspirer le gouvernement, en plein dans la tourmente de la réforme des retraites… 

Pensions de réversion : mode d’emploi

Pour le moment, les pensions de réversion font l’objet d’une demande du veuf, de la veuve ou du conjoint. Il faut exprimer sa demande à la caisse de retraite où la personne décédée cotisait. Même divorcés, les anciens époux sont éligibles à une pension de réversion. Cependant, le remariage annule tous droits.

En France, il faut, pour le moment, avoir au moins 55 ans pour bénéficier d’une pension de réversion. Selon les différentes caisses de retraite, la rémunération mensuelle s’élève environ à 50% des droits de la personne décédée.

Ces pensions de réversion animent les Français pour une simple raison : la réforme des retraites annoncée par Emmanuel Macron changera la manière dont elle sera calculée dès juin 2019.

Une réforme que la CFDT, qui a réalisée cette enquête, avait d’ailleurs dénoncé en avril. La retraite ne sera probablement plus calculée sur les 25 meilleures années d’une carrière, mais sur toute une vie. La CFDT avait dénoncé ce système, prenant en compte également les “petits boulots”.

Les Français sont précaires

Les finances des Français sont au coeur de l’enquête. Premier chiffre édifiant : près de 84% des 15 000 Français sondés n’ont pas préparé leur retraite. 59% d’entre eux s’estiment inquiets pour leur avenir.

En cause : de faibles revenus. Près de 57% se déclarent “pauvres” et estiment qu’ils n’auront pas les moyens de profiter de leur vie après leur carrière. Pourtant, près de 66% des Français déclarent que “la retraite, c’est la vraie vie”.

D’ailleurs, seulement 60% des sondés estiment qu’ils auront fini de rembourser leurs prêts immobiliers avant de partir à la retraite. La moitié d’entre eux estiment qu’ils devront aider financièrement leur descendance, ajoutant ainsi une pression budgétaire.

Retraite et chômage

Il est tabou, mais presque tous les Français l’ont vécu : le chômage était également l’un des grands sujets de cette enquête.

Près d’un quart des répondants voudraient que le système de retraite prenne plus en compte ces périodes creuses. En ce qui concerne le chômage et les seniors, près d’un tiers des Français sondés actifs ont peur de finir leur carrière sans emploi – un chiffre bien loin de la réalité, puisque 11% des retraités déclarent l’avoir été.

Reste à trouver une solution pour un tiers des Français qui souhaitent rester au travail…

Repousser l’âge de la retraite ?

Alors, quelles solutions apporter au 61% des sondés qui souhaitent partir à la retraite “seulement lorsqu’ils auront assez d’argent pour en profiter”? Difficile à dire.

Emmanuel Macron avait proposé de repousser l’âge de la retraite à 67 ans, mais 60% des sondés ne souhaitent pas travailler plus longtemps. Cependant, un tiers des répondants expriment leur accord.

Alors que les pensions de réversion sont en pleine réforme, 98% des Français vivent grâce à elles. Mais le montant n’est pas suffisant. Près de 43% des retraités français complètent ce revenu avec leur épargne.

A l’issue de ce sondage, la CFDT compte bien organiser une réunion avec le gouvernement pour discuter de la réforme. La prochaine rencontre aura lieu à la rentrée.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo