Trafic aérien à l’arrêt, logements vidés de leur clientèle, réservations annulées, la pandémie actuelle a lourdement impacté Airbnb. La plateforme américaine de locations immobilières à court terme vit une crise sans précédent et a annoncé le licenciement de 25% de ses effectifs dans le monde.

Alors qu’elle a réussi le tour de force de lever 1 milliard de dollars auprès de nouveaux investisseurs, son introduction en Bourse, prévue cette année, semble plus que menacée.

2020 sera-t-elle l’année noire pour Airbnb ?

L’économie du tourisme est mise à rude épreuve depuis le début de la crise sanitaire avec l’arrêt brutal des liaisons aériennes et les mesures de confinement un peu partout dans le monde.

Le déconfinement timide entamé par certains pays européens ne pourra sans doute pas endiguer les chutes vertigineuses de revenus pour le secteur du tourisme.

Airbnb, la plateforme leader des locations en ligne, prévoit une baisse de revenus de 50% comparée à 2019 et a annoncé l’arrêt d’investissements immobiliers et de plusieurs projets, dont AirbnbStudios. Comme le rapporte BFMTV, le chiffre d’affaires sera “de moins de la moitié de celui de 2019”.

Difficile de savoir quand l’activité aérienne reprendra et quelles seront les attitudes des voyageurs. Autant d’inconnues qui ont conduit l’entreprise à envisager le licenciement d’un quart de ses effectifs, soit près de deux milles personnes.

Dans certains pays, comme en Grèce, certaines réservations ont été annulées à 100% pour le deuxième trimestre.

Des contractuels licenciés sur Zoom

Business Insider a révélé que les contractuels, c’est-à-dire les travailleurs non-salariés d’Airbnb, ont appris leur licenciement lors d’une téléconférence la semaine dernière.

L’annonce a suscité de vives réactions parmi les salariés du géant de San Francisco. “Cela sera tout simplement impossible de trouver du travail en cette période”, a déploré Ray Iyer, un informaticien licencié à Stanford.

En Espagne, ce sont plus de 800 salariés du call center qui ont été mis sur la touche.

La direction a expliqué qu’elle gèlerait les bonus pour les cadres supérieurs et que leurs salaires seraient diminués.

Le mois dernier, le PDG Brian Chesky annonçait la mise en place d’un fonds d’entraide pour les hôtes d’Airbnb de plus de 250 millions de dollars.
Des centaines d’hôtes de la plateforme se sont adressés à des groupes en ligne pour se plaindre de n’avoir reçu toujours aucun versement.

A Lire sur Alvexo : “Les compagnies aériennes sont à terre”

Un espoir du côté des vacances d’été ?

La plateforme de locations mise sur les réservations de dernière minute pour la saison estivale.

Selon BFM, « Airbnb s’attend à voir les réservations repartir cet été grâce à la clientèle domestique ».

En 2019, les Français représentaient 66 % de la clientèle du groupe qui recense 650.000 offres à travers l’Hexagone, dont 10% à Paris.

La perspective d’une IPO s’éloigne

Dans ce contexte d’annulations à la pelle pour cause de covid-19, le modèle Airbnb montre ses limites et son introduction en Bourse, prévue pour cette année, semble de plus en plus incertaine.

L’entreprise a pourtant réussi à lever des fonds chez de nouveaux investisseurs, à hauteur de 1 milliard de dollars, provenant des sociétés de capital investissement Silver Lake et Sixth Street Partners.

Selon Forbes France, « Airbnb avait initialement prévu d’entrer en bourse cette année avec une valorisation prévue de 31 milliards de dollars ; la société aurait abaissé son évaluation interne à 26 milliards de dollars le mois dernier ».

Consultez webinaires, analyses et conférences sur la chaîne YouTube d’Alvexo

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo

Articles à Recommender