Tout sourit à Amazon en 2018. Avec une croissance du cours de son action de 88,1 % en un an, le groupe est devenu la deuxième capitalisation boursière dans le monde, juste derrière Apple.

Par la même occasion, son PDG Jeff Bezos est devenu l’homme le plus riche du monde, avec une fortune estimée à $120 milliards.

En 2017, les ventes de son opération de super promotions “Prime Day” dépassaient celles du Black Friday et du Cyber Monday. Seule ombre au tableau, les employés d’Amazon se mobilisaient en Europe mardi pour obtenir de meilleures conditions de travail.

L’action Amazon : +88,1 % en un an

Sur le marché de la distribution en ligne, Amazon semble hors d’atteinte. Avec $768 millions de capitalisation boursière en 2018, le groupe dirigé par Jeff Bezos dépasse Alphabet Inc. ($761 milliards) et se positionne juste derrière Apple ($889 milliards).

Quand on regarde l’évolution des cours des titres, on constate qu’en 1 an l’action Amazon a progressé de 88,1 %, versus 28,8 % pour Alphabet Inc.

Durant les 5 dernières années, son cours a été multiplié par 6. Avec un chiffre d’affaires de $178 milliards en 2017 et un bénéfice net record de $3 milliards, Amazon est l’une des entreprises les plus rentables au monde.

Il y a dix ans, Amazon n’était qu’une librairie en ligne, avec une capitalisation boursière de $450 millions. Mais grâce à son effort technologique et managérial, la société a su s’agrandir sans jamais changer sa structure de base.

Désormais, son activité ne se cantonne plus à la distribution en ligne, mais s’étend à de nombreux secteurs de l’économie. On pense notamment au marché de la vidéo, où elle concurrence Netflix avec Prime Video.

Jeff Bezos, l’homme le plus riche du monde

Sa fortune ayant augmenté de $70 milliards en 5 ans, et Jeff Bezos devient l’homme le plus riche au monde en 2018. Possédant 16% des actions de la société, il doit ce succès à la hausse du cours de l’action durant l’année écoulée.

Avec $150 milliards, Bezos passe devant Bill Gates et se place loin devant Mark Zuckerberg et Warren Buffet. Il ne valait “que” $32 milliards en 2014.

Image: Jeff Bezos, patron d’Amazon, détient la 7e fortune de l’Histoire. REUTERS/Jason Redmond

Amazon célèbre son Prime Day

La journée Prime Day a été introduite en 2015 par Amazon, pour rapidement devenir la période de l’année la plus lucrative pour le groupe : elle génère entre $1 et $3 milliards de recettes sur 30 heures.

En 2017, les ventes de Prime Day avaient dépassé celles du Black Friday et du Cyber Monday. Le 11 juillet 2017, Amazon avait comptabilisé plus de nouveaux membres que n’importe quelle autre journée de son histoire. De plus, les ventes avaient augmenté de 50% par rapport à l’édition de l’année passée.

Pendant 30 heures, les membres d’Amazon Prime ont pu profiter de centaines de milliers d’offres en rabais.

En 2018, les deux journées de super promotions organisées du 16 au 17 juillet devraient apporter un nouveau coup d’accélérateur à la plateforme. D’après eMarketer, 90,5 millions d’américains y ont participé, ce qui représente une progression de +12,5% en un an.

Cependant les spécialistes estiment que la pénétration de Prime Day devrait atteindre un plafond aux États-Unis : s’ils prévoyaient $4 milliards de ventes pour l’édition 2018 sur 36 heures, l’indisponibilité du site pourrait affecter ces prédictions.

Grèves salariales en Allemagne et Espagne

Le 16 juillet 2018, juste après le début de l’opération Prime Day, un syndicat allemand a annoncé des actions de blocage au niveau européen chez Amazon. Avec une grève de trois jours, les employés manifestent contre des “maux physiques” dus à “des kilomètres parcourus“, “des tâches répétitives” ou encore une “station debout prolongée”.

Ils demandent une hausse de salaire supérieure à ce que propose Amazon (1,1%) ainsi qu’une modification de la convention collective, jugée moins avantageuse qu’auparavant.

D’après le syndicat Commissions Ouvrières (CCOO), 80% du personnel du plus grand centre logistique Amazon en Espagne étaient en grève, ce qui représente 1 200 employés. Du côté de l’Allemagne, six sites étaient concernés à travers le pays, à savoir Hersfeld, Leipzig, Graben, Rheinberg, Werne et Coblence. 2 400 employés étaient en grève.

Du côté de la direction, les chiffres avancés par les syndicats européens sont démentis : “la majorité des employés avaient travaillé et traité les requêtes des clients”, ajoutant que “2 000 employés en Espagne bénéficiaient de salaires compétitifs ainsi que des avantages sociaux”.

Problèmes techniques sur la plateforme

Personne n’est à l’abri de problèmes techniques, pas même le roi du e-commerce. Juste après le début du Prime Day, la plateforme a connu de nombreux dysfonctionnements. Certains acheteurs ne sont pas parvenus à se connecter à leurs comptes, à effectuer des achats ou à visionner certains produits.

Si le problème n’a duré que 15 minutes, cela représente tout de même une perte de $5 millions de ventes pour Amazon. Le site a-t-il été victime de son succès ?

A en croire le site DownDetector.com qui traque l’indisponibilité des sites Web, la surcharge de trafic sur Amazon a débuté juste après le coup d’envoi de Prime Day. Le pic passé au bout d’une heure, la situation est revenue à la normale en quelques heures.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo