Amazon semble vouloir se réconcilier avec l’opinion publique en France. Après avoir récemment passé un accord à l’amiable avec le fisc français, le géant américain du commerce en ligne a annoncé cette semaine qu’il comptait créer 2 000 emplois en CDI cette année en France. Cette opération devrait porter ses effectifs à 7 500 personnes dans l’hexagone.

Différents niveaux de compétence

« Le contexte économique en France nous encourage à continuer à accompagner les dizaines de milliers d’entrepreneurs qui tirent parti de nos infrastructures et services au quotidien pour accélérer leur réussite en France et à l’international », a indiqué Frédéric Duval, directeur d’Amazon France.

Dans un communiqué, Amazon précise que les postes proposés sont tous en CDI (contrat à durée indéterminée), et qu’ils sont ouverts à des personnes « possédant divers niveaux d’expérience, de formation et de compétence » : préparateurs de commande, jeunes diplômés, ingénieurs expérimentés…

€2 milliards d’investissement en 8 ans

Les postes seront localisés dans les cinq centres de distribution du groupe en France, ainsi que dans les centres de tri et les agences de livraison et ses bureaux en région parisienne. Ils seront pourvus progressivement au cours de l’année.

Les nouveaux emplois annoncés par le géant du commerce en ligne sont « le résultat d’investissements continus pour développer le réseau de distribution d’Amazon », a commenté Ronan Bolé, Directeur des Opérations France de l’entreprise. Depuis 2010, Amazon assure avoir investi plus de €2 milliards en France depuis 2010 et y avoir créé 1 500 emplois rien qu’en 2017.
Mais si le géant américain annonce des créations de postes en France, il s’apprête par ailleurs à licencier plusieurs centaines de personnes outre-Atlantique. L’information, rapportée par le Seattle Times, a été confirmée par Amazon. Ces suppressions de postes concernent l’activité détail, notamment à son siège de Seattle, où il est le premier employeur de la ville avec 40 000 personnes sur place.

Un demi-million d’employés dans le monde

« Dans le cadre de notre processus annuel de planification, nous procédons à des ajustements des effectifs dans toute l’entreprise avec de petites réductions à quelques endroits, et des embauches agressives dans beaucoup d’autres », a expliqué Amazon dans une déclaration au Seattle Times.

Selon le journal, ces ajustements feraient suite au développement effréné du groupe de Jeff Bezos pendant les deux dernières années. Plusieurs business units seraient aujourd’hui en sureffectif, résultant de ces suppressions d’emplois.

Le Seattle Times souligne que ces licenciements restent modestes à l’échelle d’un groupe employant plus de 500 000 personnes dans le monde.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo