Auchan, l’une des plus grandes enseignes de supermarchés et d’hypermarchés en France vient d’annoncer la fermeture d’une vingtaine de ses magasins dans l’hexagone.

Au total, 13 supermarchés, un hypermarché et trois usines appartenant au groupe risquent de fermer leurs portes. Près de 800 emplois sont menacés dans des zones rurales où le taux de chômage est élevé. Nul ne sait pour le moment si les sites seront repris. 

L’entreprise connue pour sa politique sociale tente tant bien que mal de maintenir tous les postes. Néanmoins, les pertes d’Auchan s’élèvent à près de €1 milliard pour 2018, laissant peu d’espoir aux salariés des sites à risque. 

De mauvais chiffres pour 2018

2018 a été une année sombre pour Auchan. Le groupe a partagé des résultats décevants il y a un mois et demi. Au total, l’entreprise a affiché plus de €997 millions de pertes pour €51 milliards de chiffre d’affaires.

Comme le rapporte le quotidien Le Monde, cela représente environ une baisse d’activité de 3%. Les actionnaires n’ont pas caché leur déception.

Alors que le groupe, présent dans 17 pays, ne réalise qu’un tiers de son chiffres d’affaires dans l’hexagone, c’est bien sur son territoire historique, la France, qu’Auchan a enregistré le recul le plus net avec –  1,3%.

Toujours selon le rapport, le résultat d’Auchan Retail France indique un recul de 44%.

Dans un communiqué, le groupe indique vouloir mettre en vente 13 supermarchés, un hypermarché et trois sites de maintenance.

Dans le rapport, le titan de la grande distribution a justifié sa décision ainsi : « le choix de la cession répond à [la] volonté de l’entreprise (…) de préserver l’emploi ». En France, le groupe embauche près de 74 000 salariés, et la mise en vente menacerait près de 800 emplois.

Pour le Maire de Chevilly-Larue, où se trouve l’un des sites menacés, c’est l’incompréhension : “Ils auraient pu vendre leur fonds de commerce à un repreneur, mais le groupe a préféré mettre fin à son bail, laissant planer la menace de plusieurs mois de fermeture et des licenciements”, a t-il déclaré à la revue Linéaires.

La fin des magasins physiques

L’analyse de ses résultats inquiétants met en lumière une nouvelle tendance dans les habitudes de consommation des français.

En effet, selon une étude de l’agence Kantar Worldpanel, les hypermarchés du groupe Mulliez, qui détient Auchan, ne constituent plus que 10,3% de part de marché contre 11,1% en 2016.

Ce chiffre illustre une tendance croissante en France : la consommation en ligne s’accentue, alors que les grands groupent peinent à trouver une solution. Malgré la multiplication des “Drive” – Auchan en a d’ailleurs ouvert plusieurs –  quatre sites et 89 salariés sont menacés – la recette ne semble pas convaincre.

Par ailleurs, la formule “Bio” n’a pas non plus su attirer l’attention : le site d’Auchan Bio, ouvert en 2017 près de Lille, fermera aussi ses portes.

Selon les chiffres rapportés par l’étude de Kantar, les français préfèrent acheter les produits bio en ligne et acheter les produits du quotidien dans les hard-discount – type Lidl ou Aldi.

Comme l’expliquent plusieurs experts dont Thomas Begat, Responsable développement chez Aldi, la stratégie des hard-discount est “d’encercler” les supermarchés traditionnels et d’ouvrir leurs portes dans les mêmes zones ou centres commerciaux, afin d’attirer les clients dans des zones où ils sont déjà allés au préalable.

Par ailleurs, près de 20% des français font leurs courses sur internet au moins une fois par mois. Un phénomène en pleine expansion d’année en année.

A lire sur Alvexo: “Amazon ouvre son premier supermarché sans caisse ni employé”

La fin des commerces ?

Sur le long terme, les experts s’inquiètent de ces tendances qui risquent bien de transformer radicalement le paysage urbain. Les centres historiques seront-ils vides de tout commerce d’ici quelques années ?

Certaines villes mettent la main à la poche dans l’espoir de redynamiser des centre-villes désertés, comme à Rennes.

D’autres agglomérations font le constat amer d’une activité en baisse, comme la ville d’Aurillac, qui compte près de 70 commerces fermés en quelques années.

Au micro de RMC, Olivier Dauvers, spécialiste de la consommation analysait : “Ce qu’on est en train de vivre aujourd’hui est normal : il y a plus de mètres carrés de magasins pour accueillir les clients, mais il n’y a pas plus d’euros dépensés par ceux-ci !”.

Pour le moment, Auchan ne semble pas avoir pris de décision quant à la vente des magasins. Néanmoins, une chose est sure, le secteur de la grande distribution connaît une série noire.

En janvier dernier, Carrefour annonçait la suppression de plus de 2 400 emplois en France.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo