La guerre commerciale qui oppose la Chine aux Etats-Unis pourrait bien porter préjudice à l’Europe. C’est ce qui a été révélé dans un rapport publié par la Commission européenne le 10 juillet dernier. 

Les prévisions d’inflation pour les années 2019 et 2020 ont été revues à la baisse de 0,1 point. Un chiffre loin derrière les projections initiales de la Banque centrale européenne qui avait misé sur 2%.

En cause, la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis qui affecterait à différents degrés, l’économie du vieux continent. Selon les experts, les tensions entre les deux géants pourraient mettre en péril plusieurs industries. 

Des chiffres revus à la baisse

La semaine dernière, la Commission européenne a tiré la sonnette d’alarme. Alors que la croissance est censée continuer à prospérer pour encore huit mois, l’Europe devrait connaître un ralentissement économique d’ici à l’année prochaine.

Selon le rapport de la Commission, le continent affiche “une hausse globale du produit intérieur brut des 19 pays de la zone euro de 1,2 % en 2019 et de 1,4 % en 2020  – contre 1,5 % il y a trois mois”.

Néanmoins, cela représente un chiffre à la baisse par rapport aux projections de la Banque Centrale Européenne qui avait prédit une croissance de 2 %.

Comme le rappelle l’économiste dans une tribune publiée pour Le Figaro : “l’Europe est le premier bénéficiaire de cette demande américaine adressée au reste du monde, avec près de $700 milliards de biens et services importés en provenance du vieux continent”.

Une décélération nette

Première constatation : la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis a provoqué un ralentissement général.

Les importations américaines de biens chinois ont brutalement chuté au cours du premier trimestre 2019 à -13.4%. Un niveau jamais atteint depuis le deuxième trimestre 2016.

Par conséquent, de nombreuses entreprises ont décidé de réduire leurs activités en Chine, comme le géant Apple qui va limiter de près de 30% de sa présence sur le territoire chinois.

A lire sur Alvexo: “La nomination de Christine Lagarde divise”

L’Europe doit s’unir

Autre conséquence de la guerre commerciale entre les deux grandes puissances, une division au sein même de l’Union européenne, entre les dirigeants, sur la politique à adopter.

Comme le rapporte le site 20 minutes, “chacun essaie de trouver une solution de son côté”, remarque Philippe Waechter, chef économiste d’Ostrum AM.

“Quand Jean-Claude Juncker va discuter avec Trump, c’est surtout pour évoquer les voitures allemandes, il n’y a pas de vrai représentant économique qui porte clairement la voix de l’Europe toute entière. Cela donne l’impression d’une mosaïque d’intérêts”, a t-il ajouté.

Comme le rappelait déjà le Conseil d’analyse économique en juillet dernier, la France pourrait perdre jusqu’à 3 points de PIB par an, soit un manque à gagner de €1.125 par habitant.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo