LVMH, le géant du luxe, a enregistré un bénéfice net record de 7,17 milliards d’euros en 2019. 

Une croissance de 13% pour l’entreprise qui a su adapter son marché aux nouvelles générations connectées, tout particulièrement en Asie, malgré un contexte difficile – crise politique à Hong Kong, hausse de la TVA au Japon.

LVMH résistera-t-il à la crise du coronavirus ? Les résultats du premier trimestre 2020 pourraient être affectés. 

À la Bourse, Le CAC 40, était en recul hier soir de 0,48%, à 6.056,82 points.

LVMH peut compter sur la puissance de ses marques

Les ventes de LVMH, numéro un mondial du luxe, ont franchi la barre des 50 milliards d’euros en 2019, un record.

“LVMH réalise une nouvelle année record tant au niveau des ventes que des résultats”, s’est réjoui le PDG Bernard Arnault, dans un communiqué du groupe.

Porté par ses marques les plus emblématiques – Louis Vuitton, Christian Dior etc. – le groupe est allé de succès en succès, faisant grimper son chiffre d’affaires.

Le secteur de la mode et la maroquinerie mène la danse, Louis Vuitton en tête avec des ventes en hausse de 17% en 2019, atteignant plus de 22 milliards d’euros.

LVMH, leader du CAC 40, l’indice phare de la Bourse de Paris, affiche une croissance soutenue qui explique l’envolée de ses actions.

Il a réalisé notamment en 2019 sa plus grosse opération financière avec le rachat historique du joailler américain Tiffany and Co pour la somme de 16,2 milliards de dollars, soit environ 14,7 milliards d’euros.

Suite à cette acquisition, LVMH est devenu la première société du CAC 40 à valoir plus de 200 milliards de dollars en Bourse.

A lire sur Alvexo: “LVMH veut s’offrir le joailler new yorkais Tiffany”

al_fr_oil_970x250_v3c

Une belle progression malgré un contexte difficile

L’Europe et les Etats-Unis ont affiché une progression homogène sur toute l’année.

L’année 2019 a été notamment satisfaisante pour le groupe au quatrième trimestre – d’octobre à décembre -, avec des ventes qui ont grimpé de 12%, dépassant les 15 milliards d’euros, déjouant les pronostics des experts.

Selon L’Usine Nouvelle, “les analystes attendaient près de 9%”. Néanmoins, la crise politique à Hong Kong vers le mois d’octobre a commencé à affecter les ventes du groupe.

Selon le directeur financier du groupe, Jean-Jacques Guiony, LVMH a enregistré une perte de 40% au dernier trimestre de l’année à Hong-Kong –  les ventes étaient déjà en baisse de 15% au troisième trimestre.

Le coronavirus est-il une menace pour LVMH?

Coronavirus, guerre commerciale sino-américaine, crise politique à Hong Kong… Les menaces de 2020 assombriront-elles les exploits du groupe en 2019 ? L’actualité pourrait fait naître une appréhension chez les investisseurs, LVMH ayant misé en grande partie sur l’Asie ces dernières années.

Mais existe-t-il un risque réel de baisse significative des ventes du groupe ?

Plusieurs magasins Dior et Vuitton ont fermé définitivement à Hong Kong. Par ailleurs, une nouvelle TVA au Japon a haussé les prix de 10%, susceptible d’engendrer des comportements frileux chez les consommateurs, sans compter l’épidémie de coronavirus qui ralentit l’activité commerciale locale.

LVMH ne montre pas pour autant de signe d’inquiétude et reste confiant pour 2020, estimant qu’il est trop tôt pour mesurer l’impact de la crise sanitaire sur ses activités.

AL_FR_logos_970x250

Consultez webinaires, analyses et conférences sur notre chaîne YouTube.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo

Articles à Recommender

Tesla connaît une belle envolée en Bourse

Le cuivre a connu une année exceptionnelle et suit une tendance haussière.