Deutsche Bank aurait-elle blanchi de l’argent en 2014 ? La justice américaine a ordonné une enquête le 11 juillet dernier. Confirmée par le Wall Street Journal, l’investigation pourrait prendre plusieurs mois.

Dans son collimateur : une levée de fonds de 6 milliards de dollars en 2014, collectés depuis le fonds d’investissement malaysien 1MDB. L’argent aurait été blanchi lors d’achats de biens immobiliers et de pièces d’art. 

La banque allemande aurait essayé d’étouffer une autre affaire en mai dernier. Des scandales qui tombent au moment de l’annonce de restructuration avec le licenciement prévu de 18 000 employés. 

Des suspects identifiés

Alors que l’enquête a commencé il y a quelques semaines, la justice américaine a déjà identifié quelques suspects : Tan Boon-Kee, un collègue d’un ancien dirigeant de Goldman Sachs en Asie, Tim Leissner, qui a travaillé avec lui sur des affaires liées à 1MDB, a confirmé le Wall Street Journal.

Tan Boon-Kee quitte alors Goldman Sachs et devient responsable chez Deutsche Bank pour les institutions financières de la région Asie-Pacifique. Il y supervise, entre autres, de nombreuses transactions avec 1MDB.

En 2018, Tan Boon-Kee quitte la Deutsche Bank lorsqu’il découvre les enregistrements de ses conversation avec l’homme d’affaires malaisien Jho Low, autre suspect dans le scandale 1MDB.

A lire sur Alvexo: “Le projet de ‘bad bank’ de Deutsche Bank est-il viable ?”

 

 

Profil bas pour Deutsche Bank

Du côté de la banque allemande, la communication de crise est au silence.  “Comme indiqué dans les plaintes pour confiscation d’actifs déposées par le ministère de la Justice américain, 1MDB a fait des déclarations erronées et des omissions significatives aux responsables de Deutsche Bank en rapport avec les transactions de 1MDB avec la banque”, a transmis la banque à Reuters.

Le scandale arrive quelques semaines après l’implication de Deutsche Bank dans une affaire de corruption qui éclabousse le président des Etats-Unis Donald Trump et son gendre Jared Kushner.

Le ministère de la Justice malaysien n’a pas souhaité s’exprimer sur l’affaire, lorsqu’il a été contacté par Reuters.

 

L’échec Commerzbank en arrière-plan

Non seulement les scandales n’ont pas manqué pour Deutsche Bank cette année, mais l’échec cuisant du rachat de Commerzbank a détérioré sa relation de confiance avec ses investisseurs.

Avec un début d’année particulièrement désastreux, la banque a décidé de se séparer d’environ 18 000 de ses employés. Pour rappel, l’action de Deutsche Bank a chuté de près de 72% ces cinq dernières années, selon un rapport publié par Forbes France.

Par ailleurs, la banque a annoncé le prix de sa restructuration – près de 7 milliards d’euros d’ici à trois ans. Les licenciements sont censés permettre à la banque d’économiser près de 6 milliards d’euros.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo