Depuis quelques mois, l’entrepreneur est acculé par des polémiques en tous genres. Dans une série de tweets publiés par Musk le 7 août dernier, l’entrepreneur annonçait le retrait de Tesla de la bourse pour $420 par action. Le projet était abandonné deux semaines plus tard.

Cette fois, cela en est trop pour la SEC, gendarme de la Bourse américaine : les dirigeants d’entreprises ne sont pas autorisés à annoncer des achats ou ventes d’actifs qu’ils n’ont pas les moyens d’effectuer.

La SEC a lancé des poursuites, ce qui aboutit à un accord applaudi par les marchés : Musk aura 45 jours pour quitter son poste de Président du conseil d’administration de Tesla et paiera $20 millions d’amende.

Des tweets “faux et trompeurs”

Tesla se trouvait à nouveau dans une zone de turbulences depuis que son fondateur s’est lancé le 7 août dernier dans une série de tweets sur une possible privatisation.

Il promettait alors d’avoir sécurisé un financement visant à privatiser le groupe dès que l’action atteindrait $420  millions. Musk annonçait un rachat des titres du groupe pour $420 par action. D’après les spécialistes, cette annonce surprise a artificiellement gonflé le prix de l’action.

La SEC avait déposé plainte contre lui la semaine dernière, ce qui n’a pas manqué de faire chuter de 11% du titre Tesla à Wall Street. D’après une loi de la SEC établie en 1934, les dirigeants d’entreprises ne sont pas autorisés à annoncer des achats ou ventes d’actifs qu’ils n’ont pas les moyens d’effectuer.

Dans sa plainte, la SEC a indiqué qu’ “avec ses affirmations fausses et qui portent à confusion ainsi que ses omissions, Elon Musk a fortement perturbé les marchés, ce qui a porté tort aux investisseurs”.

A lire aussi : Tesla atteint ses objectifs de production de la Model 3

Musk sauve sa place de Directeur Général

Comme l’a annoncé la Securities and Exchange Commission (SEC), non seulement Tesla et Elon Musk devront chacun payer une amende de $20 millions, mais Musk devra quitter son poste de Président du conseil d’administration de l’entreprise.

Il aura un délai de 45 jours pour démissionner de ses fonctions, pour lesquelles il ne pourra pas être réélu pendant trois ans. De ce fait, il n’aura plus la possibilité de se mêler de la communication financière du groupe. Musk devra finalement nommer deux nouveaux administrateurs indépendants au conseil d’administration.

En conservant son poste de PDG, Elon Musk reste au volant de tesla. C’est la chose la plus importante à savoir quant à l’accord qu’il a signé le samedi 29 septembre avec la Securities and Exchange Commission (SEC). Cet accord est favorable à Tesla : un départ précipité du PDG pourrait être dévastateur pour le constructeur déjà accablé par de larges pertes financières.

A lire aussi : Comment Tesla a bouleversé l’industrie automobile

Les investisseurs applaudissent la sanction

Selon Ivan Feinseth de Tigress Financial Partners, la décision de la SEC serait pour Musk une simple “tape sur les doigts”. Le spécialiste des marchés financiers ajoute que “le plus important pour Tesla, c’est qu’Elon Musk puisse rester Directeur Général”.

De manière générale, Wall Street considère que l’accord devrait renforcer Tesla, qui a été fragilisé par le comportement passé de son fondateur. Le titre a perdu jusqu’à 10% en une séance au début du mois de septembre, lorsque dans la même journée le groupe annonçait le départ de son directeur comptable et qu’Elon Musk se faisait filmer en train de fumer de la marijuana.

Juste après l’annonce de la démission d’Elon Musk de la présidence de Tesla, le cours en bourse de l’entreprise automobile a grimpé de 15%. Pour de nombreux investisseurs, cet accord est un véritable soulagement.

A lire aussi : Elon Musk, des scandales à répétition

Une situation financière toujours critique

Quinze ans après sa création, le constructeur automobile se trouve toujours dans une situation financière fragile. Aucun profit n’a été dégagé sur les 12 derniers mois. Jusqu’ici, Elon Musk représentait la force de Tesla. Jadis adulé par le monde financier, il fait aujourd’hui l’objet d’une grande méfiance. Il serait en effet capable de faire passer les mauvaises nouvelles en faisant le show en permanence.

C’est ce qui s’est passé il y a quelques mois lorsqu’il annonçait une production de Model 3 en retard, tout en lançant la version 2 du Roadster et en vendant des records du monde d’accélération ! Mais avec cette affaire de tweets, Musk est devenu la plus grande faiblesse de Tesla.

A lire aussi : Le pari fou d’Elon Musk avec Tesla

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo