Certaines entreprises ont raté le virage du streaming musical. Cela n’est pas le cas de Spotify, lancé il y a déjà dix ans. La plateforme suédoise révolutionnait l’industrie morose de la musique en 2008, proposant un concept révolutionnaire : un large catalogue musical à la demande et à un prix raisonnable.

Peu à peu, la société a tracé sa route et fait sa place au milieu de labels, pour faire une entrée en bourse remarquée en avril dernier. Aujourd’hui, le plus grand enjeu de Spotify est de transformer ses utilisateurs gratuits en abonnés payants, pour enfin faire des bénéfices.

Classement mondial des plateformes de streaming :

  1. Spotify, création en 2008 : 83 millions d’abonnés payants en 2018
  2. Apple Music. création en 2015 : 50 millions d’abonnés payants en 2018
  3. Amazon Music Unlimited, création en 2016 : 20 millions d’abonnés payants en 2018
  4. Deezer, création en 2007 : 9 millions d’abonnés payants
  5. Tidal, création en 1995 : 1,4 millions d’abonnés payants

Spotify : 83 millions d’abonnés en 2018

En 2011, alors que Spotify recense déjà 1 million d’abonnés, le fonds d’investissement russe Digital Sky Technologies y investit $100 millions. Spotify signera ensuite des partenariats avec Universal, Warner et Sony Music. En juin 2018, Spotify annonçait 83 millions d’abonnés payants (contre 75 millions trois mois plus tôt) et 180 millions d’utilisateurs actifs.

En à peine une année, Spotify a enregistré une hausse du nombre de ses abonnés payants de 40%. Cette hausse serait due à la percée du service sur les marchés émergents, notamment en Asie du sud-est et Amérique latine, ainsi qu’au succès de l’offre destinée aux familles.

A lire aussi : Spotify signe une entrée en bourse remarquée

Très loin devant la concurrence

Spotify est aujourd’hui disponible dans 65 pays et offre 35 millions de titres, des chiffres qui sont largement au-dessus de ses concurrents, la plus grande erreur de ces derniers étant de s’être lancés trop tard dans le streaming musical.

Apple n’a lancé Apple Music qu’en 2015 et revendique aujourd’hui 50 millions d’abonnés payants, tandis qu’Amazon a suivi avec Amazon Music Unlimited en 2016, pour afficher 20 millions d’abonnés payants en 2018. Cependant, Spotify reste une anomalie sur le marché. Alors que pour Amazon et Apple, le streaming est une activité parmi tant d’autres, Spotify est le seul des trois grands acteurs à se concentrer exclusivement sur ce service.

Pas de rentabilité en vue

Spotify est aujourd’hui le numéro 1 mondial du streaming musical. Mais dix ans après sa création, la plateforme n’est toujours pas rentable. Dans ses premiers résultats financiers depuis son entrée en Bourse, le service a annoncée perte de 90 millions sur le premier trimestre de l’année, malgré un chiffre d’affaires en hausse de 26% sur l’année et une réduction des pertes.

Ce manque de rentabilité est attribué à deux raisons :

1 – Trop d’intermédiaires
Pour augmenter ses revenus, Spotify cherche à éliminer les intermédiaires : son but est de ne plus rémunérer les maisons de disques et labels pour diffuser les titres. Pour le moment, la plateforme rémunère les labels à hauteur de 52% du CA à chaque fois qu’un titre est écouté. Cette répartition pourrait bientôt changer, Spotify cherchant à signer des contrats avec les artistes directement, court-circuitant ainsi les maisons de disques.

2 – L’offre gratuite prédominante
L’offre gratuite avec publicité de Spotify cumule aujourd’hui 99 millions d’utilisateurs dans le monde. De ce fait, les coûts liés aux droits d’auteurs ne sont pas couverts par l’offre payante et Spotify continue de perdre de l’argent. Le but de la plateforme est d’imposer un modèle payant avec un abonnement de 9,99 par mois.

Deezer, Spotify, YouTube : 75% des revenus

D’après l’Association de l’Industrie Musicale américaine (RIAA) Deezer, Spotify et Youtube captaient à eux seuls 75 % des revenus de l’industrie du streaming au premier trimestre de 2018 aux États-Unis. Tandis que un million de nouveaux utilisateurs s’abonnent aux plateformes de streaming chaque mois, les revenus totaux du secteur ont augmenté de 10% en un an pour atteindre $4,6 milliards.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo