AccueilÉconomieEncore un pic d’inflation en juin aux USA sur fond de dollar...

Encore un pic d’inflation en juin aux USA sur fond de dollar fort

La première statistique importante de la semaine a été l’indice ZEW sur le sentiment économique en Allemagne, il a fortement reculé à -53.8, contre -38.3 attendu. Mais le chiffre le plus important a été sans conteste le nouveau pic d’inflation en juin en rythme annuel aux Etats-Unis. Attendu en progression à 8.8%, il est ressorti à 9.1%. La baisse de l’indice des matières premières depuis un mois de 15% et du pétrole de 25% n’ont pas suffi pour éviter une nouvelle surchauffe des prix.

On aurait pu s’attendre à un fort décrochage des marchés d’actions…cela a créé un peu de volatilité mais pas de forte baisse. Le dollar a en revanche progressé de nouveau, entrainant l’eurodollar à la baisse, il tente toujours de préserver la parité après avoir mis un place un nouveau point bas à 0.9953. Notons aussi que la baisse de l’eurodollar a fait plonger les matières premières, l’or et argent sur des niveaux d’il y a plus d’un an. Le côté refuge avec l’inflation ou le risque de récession n’est pas du tout dans les cours qui chutent avec l’Eurusd.

Les marchés croient au relèvement des taux d’intérêt

Les marchés tablent clairement sur un relèvement des taux d’intérêt de 0.75% et non de 0.50% de la FED, lors de sa prochaine réunion du 27 juillet prochain. Les taux d’intérêt à 2 ans ont progressé et sont passés au-dessus des taux à 10 ans. Cette inversion de la courbe des taux accrédite la thèse d’une récession à échéance fin d’année ou début 2023. Le 2 ans progresse car les hausses de taux sont encore présentes, mais le 10 ans baisse car, à plus longue échéance, les marchés estiment que la FED devra baisser ses taux pour combattre la récession. Les prix à la production aux Etats-Unis jeudi ont aussi progressé, ne bénéficiant pas encore de la correction sur les matières premières.

Pourquoi les marchés ont été résilients la semaine passée ?

On peut expliquer la résilience des marchés de la façon suivante, le pic d’inflation en juin à peut-être été atteint outre-Atlantique, la baisse des matières premières se verra probablement plus dans le chiffre d’inflation de juillet à paraître début août.

Juillet 2022 : bal des résultats trimestriels

Les groupes bancaires américains ont ouvert le bal des résultats trimestriels. JP Morgan a déçu avec une chute du bénéfice de 28%, le titre a clôturé en fin de semaine en baisse de 3.5%. Du côté de Morgan Stanley, la banque d’investissement a également pesé sur le bénéfice.

La nuit de jeudi a vu le PIB chinois pour le T2 passer en territoire négatif à -2.6% contre -1.5% attendu. Les restrictions liées à la politique zéro COVID sont responsables de cela. Un T3 de nouveau négatif ferait basculer le pays en récession technique.

Et cette semaine…

La semaine prochaine sera surtout marquée par la microéconomie et les résultats d’entreprises, on notera vendredi prochain les PMI manufacturiers en zone euro pour juillet.

La semaine du CAC40 c’est résumé quasiment jour après jour à une baisse de 30 à 120 points en matinée sous les 6000 points et un retour de l’indice dans l’après-midi ou en fin de soirée (sur les marchés côtés : CFD/Futures) jusqu’à ce niveau. En résumé, les choses pourraient vraiment changer pour l’indice parisien qu’en cas de rupture de 5750 points ou débordement de 6180 points.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d’Alvexo.

Le contenu ci-dessus est considéré comme une information à titre indicatif et ne peut être assimilé à une recherche ou un conseil en investissement indépendant.

Ce site utilise des cookies pour assurer à l'utilisateur la meilleure expérience possible. En savoir plus

Acceptez