C’est la tendance qui se confirme : les énergies vertes sont les stars de cette rentrée. Comme l’indique l’indice international des énergies propres, leur cote a grimpé de 33% rien qu’en 2019. 

Plus qu’une simple mode, les énergies vertes sont devenues cruciales et se retrouvent au cœur de tous les débats géopolitiques et économiques.

Avec des coûts de production en chute libre – près de – 80% pour le solaire et -45% pour l’éolien -, les énergies vertes semblent avoir de beaux jours devant elles.

Le point sur une nouvelle industrie qui séduit de plus en plus de secteurs classiques, en pleine expansion. 

Les énergies vertes en plein essor

L’industrie des énergies vertes ne s’est jamais aussi bien portée. Le WilderHill New Energy Global Innovation Index (NEX), l’indice “qui regroupe les spécialistes des énergies propres cotées dans le monde, a grimpé de plus de 33 % en 2019”, rapporte Le Figaro.

La raison principale : la chute drastique des coûts de production. Longtemps subventionnées par l’Etat, les énergies vertes sont désormais accessibles au grand public. Le coût de production pour l’énergie solaire, a, par exemple, chuté de 80% et celui de l’éolien de 45% d’après l’institut Pictet AM.

Ces baisses de prix en font des énergies plus abordables que le gaz ou le charbon.

al_fr_oil_970x250_v3c

Investir dans les géants de l’énergie

Pour investir dans les énergies vertes, il suffit d’acheter en Bourse les actions des plus grandes entreprises d’énergie en Europe.

Depuis quelques années, EDF ou encore Engie ont rapidement pris le train en route, même si l’action EDF a chuté de 27% cette année en Bourse, notamment à cause des grèves et du mouvement des Gilets jaunes.

Pour Engie, la transition s’opère de manière beaucoup clémente avec une hausse de 16% de son titre en 2019. Comme le précise Le Figaro, deux entreprises étrangères ont également su se faire une place dans cette nouvelle industrie en France.

L’Espagnol Iberdrola, crée en 1992 a connu une année 2019 exponentielle avec une hausse de +36% de son titre en Bourse.

L’Italien Enel a également connu une année très productive avec un titre en hausse de 40%. Enfin, le titre du Portugais EDP s’est envolé à +27%.

A lire sur Alvexo: “Le palladium, un métal précieux à suivre”

Investir dans les “banques vertes”

Tout comme les grandes entreprises d’énergie, les instituts bancaires s’intéressent à la transition écologique. Résultat, de nombreuses banques ont créé des filières dédiées aux énergies vertes.

“La Banque postale AM, Amundi, AXA IM ou BNP Paribas AM intègrent aujourd’hui des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG)”, explique Le Figaro.

Ces banques mettent donc à disposition des investisseurs des produits d’épargne et de placement en faveur de l’environnement et du climat.

Certaines entreprises, récemment introduites en Bourse, sont également à surveiller de près. Par exemple : l’action d’Agripower lancée à 6,70 euros en novembre s’échange désormais à 10,50 euros.

AL_FR_logos_970x250

Par ailleurs, l’action de Neoen a presque doublé : lancée en 2018 16,50 euros, son action est désormais vendue à 30 euros.

Consultez webinaires, analyses et conférences sur notre chaîne YouTube.
A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo

Articles à Recommender