Qui a dit que la France n’attirait pas les capitaux étrangers ? Une statistique de Business France démontre le contraire : en 2017, les investissements ont fortement progressé et ont atteint leur plus haut niveau en dix ans. Les Etats-Unis, qui étaient à la seconde place en matière de flux de capitaux, sont désormais les premiers investisseurs.

Chiffres historiques

Du jamais vu… ou presque. Le nombre d’investissements étrangers en France a bondi de 16% en 2017 selon le « Bilan 2017 de l’investissement international créateur d’emploi » publié mardi par Business France. L’agence publique a recensé 1 298 projets au total contre 1 117 en 2016. Un simple calcul montre qu’en moyenne, 25 décisions d’investissement ont été prises chaque semaine en moyenne. Du jamais vu depuis dix ans. Ces décisions ont permis de créer ou de maintenir 33 489 emplois l’an dernier. Ce chiffre affiche une hausse de 11% par rapport à l’année précédente. Là aussi, il s’agit de son plus haut en dix ans.

« Cette performance, c’est l’attractivité retrouvée de notre pays et c’est la reconnaissance du travail des Français », a commenté Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie et des Finances, lors de la présentation de ces chiffres. « Je crois que c’est la démonstration la plus concrète que la France est de retour. La dynamique est là, et nous ferons tout pour l’accroître », a-t-il ajouté.

Industrie et innovation à la fête

Ces chiffres positifs se retrouvent sur l’ensemble du territoire, et concernent pratiquement l’ensemble des secteurs d’activité. Certains se démarquent toutefois clairement. C’est le cas de l’industrie (qui concentre plus du quart de l’ensemble des décisions d’investissement, affichant une hausse fulgurante de 23% par rapport à 2016), mais aussi de l’innovation. Ce secteur représente 10% des projets, soit une hausse de 9% par rapport à l’année précédente.

« France first »

En 2017, le premier pays investisseur et pourvoyeur d’emplois en France a été… les Etats-Unis. Passant outre la doctrine « America First » du président Donald Trump, les investisseurs ont injecté massivement des capitaux dans l’économie tricolore, passant devant l’Allemagne, qui occupait la première place l’année précédente. « Cela en dit long sur l’attractivité de la France en général, et surtout sur l’état d’esprit des investisseurs américains », a fait observer Christophe Lecourtier, le directeur général de Business France.

L’intérêt des Etats-Unis pour la France représente un sérieux coup de pouce pour le marché de l’emploi français, puisque ces investissements se sont traduits par la création de 7 047 postes en 2017. Ces rentrées d’argent ont été initiées notamment par les géants mondiaux de la tech, comme Google, Facebook, ou encore IBM. Ceux-ci ont misé principalement sur les secteurs de la santé, de la logistique, de la recherche et développement, ou encore de l’informatique.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo