Dans le cadre de sa stratégie d’expansion en Asie, Google prévoit d’investir $550 millions dans JD.com.

Cette augmentation de capital réservée donnera à Google une participation de 1% dans JD.com, en échange du développement de ce dernier en Europe et Amérique du Nord.

La société est déjà valorisée à $60 milliards, ce qui en fait le numéro 2 du e-commerce en Chine derrière Alibaba.

550 millions de dollars investis

Il s’agit d’un investissement considérable pour Google, dans la veine des plus gros rachats de la firme : Pixel à HTC en 2017 ($1,1 milliard), Waze en 2014 ($1,1 milliard), YouTube en 2007 ($1,65 milliard), Motorola en 2011 ($12,5 milliards) ou encore Doubleclick en 2008 ($31 milliards).

Une participation de 1% dans JD.com

Contre un investissement de $550 millions, Google recevra 27,1 millions d’actions JD.com. Tencent et Wallmart sont déjà actionnaires à hauteur de 20% et 10%. Cela donnera au groupe californien une participation d’un peu moins de 1% dans le groupe chinois.

Selon les deux sociétés, cet investissement est perçu comme un partenariat : les produits JD.com seront mis en avant sur le service d’achats de Google, ce qui permettra au chinois d’étendre sa clientèle sur les marchés européens et américains.

D’après les responsables de Google, cet accord permettrait à la forme d’accéder au marché asiatique, qui représente l’une des régions du monde où le e-commerce connaît la plus forte progression. En effet, Google estime que les consommateurs de l’Asie du Sud-Est vont dépenser $88 milliards en ligne chaque année d’ici 2025.

Cependant, la firme n’oublie pas que nombre de ses services seront interdits en Chine en raison de son refus de censurer les résultats des recherches.

JD.com, 25M$ de ventes en 18 jours

La montée en puissance de la classe moyenne chinoise associée au manque d’infrastructures dans l’industrie du commerce et de la finance poussent les groupes chinois et étrangers à investir dans les services. En 2017, JD.com était valorisé à $60 milliards et affichait un chiffre d’affaires de 48 milliards d’euros, ce qui en fait le numéro deux du e-commerce en Chine derrière Alibaba.

Avec ses 300 millions de consommateurs, JD est le plus gros distributeur en Chine, et le seul acteur du e-commerce capable de livrer 90% des commandes le même jour ou le jour d’après.

Alibaba est connu pour son Global Shopping Festival organisé chaque année le 11 novembre : le géant a récolté $25,3 milliards de transactions en 24 heures l’an dernier.

Mais JD n’est pas en reste. Au cours des 18 jours de promotions pour fêter son anniversaire, le site a vendu 25 millions d’équipements pour la maison, 33 millions de langoustes et 13 millions de couches Pampers. De quoi donner le tournis.

Sa vision futuriste du commerce électronique permet à JD de traiter 200 000 commandes par jour avec seulement 4 employés. Sachant que l’automatisation est cruciale pour réduire les coûts, la société a investi dans un centre de traitement des commandes géant à Shanghai.

Objectif : contrer Alibaba et Amazon

Avec cet investissement, Google confirmé sa volonté de créer un réseau d’alliances mondiales afin de concurrencer les géants du e-commerce Alibaba et Amazon. Chaque année, la société californienne réalise plusieurs achats et investissements à travers le monde dans le but d’enrichir son panel de propriétés intellectuelles.

Après l’achat de Xively, Redux, Lytro et Tenor, la firme a déjà signé plusieurs investissements dans le commerce électronique en Asie et en Asie du Sud-Est :

– Accord avec le groupe chinois Tencent en 2018 pour obtenir des licences sur divers produits. Tencent a déjà ouvert un laboratoire consacré à l’intelligence artificielle à Pékin.
– Prise de participation dans la firme indonésienne Go-Jek
– Prochain investissement dans l’entreprise d’e-commerce Flipstart

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo