Le 21 septembre prochain, l’OMC organisera une réunion spéciale afin d’examiner le recours de la Chine à l’article 22 du Mémorandum d’accord de l’institution.

Pékin demande à l’OMC d’imposer des sanctions à Washington dans le cadre d’un litige datant de 2013 et portant sur les mesures antidumping prises par les États-Unis sur certains produits chinois.

Comme d’habitude, la réponse des États-Unis fut explosive: la légitimité de la Chine au sein de l’OMC est remise en cause, et de nouvelles taxes douanières d’un montant de $267 milliards sont envisagées.

Quand le conflit a-t-il commencé ?

En 2013, la Chine déposait plainte auprès de l’OMC en vue de contester les règles “antidumping” prises par les États-Unis sur certains de ses produits. L’administration américaine avait en effet considéré que les exportations chinoises affichaient des prix artificiellement bas.

L’OMC autorise les pays à pratiquer ces règles antidumping, qui sont néanmoins soumis à de nombreuses conditions et font souvent l’objet de contestations.

Lire aussi: Donald Trump veut réformer l’OMC

De quoi les États-Unis sont-ils accusés ?

Les États-Unis sont ici accusés d’avoir appliqué la méthode dite de la “réduction à zéro”: le prix des importations est calculé en se basant sur le prix des produits américains. Pékin estime que ce mode de calcul avait tendance à gonfler le niveau des prélèvements anti-dumping.

A lire aussi : Washington entre en guerre sur l’acier

Quels sont les produits en question ?

Les produits concernés par les taxes douanières sont l’électronique, les métaux et minerais, la machinerie et l’industrie légère. L’ensemble de ces produits représente une valeur annuelle de $8,4 milliards à l’export.

Une décision avait été prise en 2016

En 2016, la Chine l’avait emporté contre les États-Unis devant l’OMC. Cette décision a été confirmée en appel en 2017.

Quelle est la réponse des États-Unis ?

1/ Remise en cause de la Chine au sein de l’OMC

Les États-Unis ont remis en cause la légitimité de la Chine auprès de l’OMC. Au cours de “l’examen des politiques commerciales” de la Chine, l’ambassadeur américain Dennis Shea a déclaré que la Chine profitait de son statut de membre de l’OMC pour porter préjudice aux autres pays membres sur le plan commercial. D’après lui, la conduite de Pékin pourrait détruire l’organisation.

Voici sa déclaration : “L’incapacité de la Chine à adopter pleinement les politiques d’ouverture et d’orientation du marché, qui constituent les fondements de cette institution, doit enfin faire l’objet d’un débat, que ce soit au sein de l’OMC ou en dehors. Cet examen ne peut plus être repoussé. Si l’OMC veut rester pertinente dans l’organisation du système du commerce international, un changement est nécessaire”.

2/ 500 milliards de sanctions douanières

Le Président américain a une nouvelle fois déclaré qu’il était prêt à instaurer des taxes douanières supplémentaires qui porteraient sur la quasi-totalité des importations chinoises. Alors que des taxes additionnelles sont déjà prévues pour $200 milliards de produits chinois, Donald Trump prévoit de taxer $267 milliards de biens additionnels importés. Tout cela menacerait au total $500 milliards de produits chinois importés.

Cette nouvelle sanction, si elle est appliquée, dépasserait les droits de douane de 25% déjà imposés 34 milliards de dollars de produits industriels chinois depuis le début du mois de septembre. Selon les experts, Donald Trump a fait cette annoncé pour démontrer qu’il était sérieux dans son désir de changer l’ordre économique mondial.

Selon lui, la Chine serait trop avantagée au détriment des intérêts américains. Si la nouvelle liste douanière n’a pas encore été dévoilée, compte-tenu de sa taille on peut s’attendre à y voir des produits de grande consommation: bagages, vêtements, meubles, ou les télévisions seraient concernés.

A lire aussi : Chine et États-Unis: une nouvelle guerre froide ?

Réduire le déficit commercial envers Pékin

C’est l’obsession de Donald Trump : réduire le déficit commercial des États-Unis vis-à-vis de la Chine. Depuis les années 2000, les américains importent jouets, chaussures et électroniques en provenance de Chine.

Résultat, le déficit commercial américain a explosé à $300 milliards de dollars. Rien d’étonnant à ce que la Chine soit la cible de son rival américain qui l’accuse régulièrement de concurrence déloyale ou encore de vol de propriété intellectuelle.

Des taxes sur l’acier et l’aluminium ont tout d’abord été imposées à Pékin, suivies de droits de douane de 25% sur $34 milliards de produits chinois pour des produits de secteurs industriels chers à Pékin. Mais la Chine a répliqué avec des droits de douane sur $34 milliards de produits américains. Depuis quelques mois, cette escalade de menaces sans fin a rendu les Bourses mondiales fébriles.

Lire aussi: La Chine s’allie à l’Europe pour contrer Trump

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo