Les chiffres de l’Insee concernant l’immobilier sont tombés : en 17 ans,  le prix de la pierre a augmenté de 133% en France. Pourtant, le niveau de vie des français n’a presque pas augmenté depuis quatre ans (+0,4%).

La crise immobilière de 2008 a creusé un écart encore plus grand entre les français propriétaires et les autres. 

Le Monde s’inquiète sur la paupérisation de la France, dont le nombre de familles monoparentales a augmenté. Celles-ci ne peuvent plus se permettre d’acquérir un bien immobilier, même en fin de carrière.

Les séquelles de la crise de 2008

Les séquelles de la crise des supbrimes sont encore visibles : les biens immobiliers des 20% des Français les plus modestes ont perdu en valeur, rapporte Sud Ouest.  

En moins de vingt ans, l’inégalité s’est creusée entre les différents types de propriétaires. En 2015, le patrimoine brut médian des propriétaires est devenu 20 fois plus important, comparé aux français locataires.

Pour autant, la moitié la plus aisée détient 92% des biens immobiliers français. D’après la chaîne de télévision LCI, les chances de devenir propriétaire auraient même “chuté” depuis 1998.

Un pays riche de propriétaires

L’Insee a toutefois mis en lumière quelques résultats positifs. Ils révèlent que la France est un pays qui compte de nombreux propriétaires, comparé aux pays voisins.

Par ailleurs, le taux de pauvreté en France est l’un des moins élevés de l’Union européenne. En comparaison, le Royaume-Uni compte 16% et l’Allemagne 15% d’habitants vivant sous le seuil de pauvreté.

Aussi, plus d’un ménage sur deux détiendrait l’équivalent de 158 000 euros dans l’immobilier.

D’après une enquête publiée par l’Insee et analysée dans les pages du Monde, la France compte environ 9 millions de personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté, – soit €1 015 par mois.

Le grand écart des classes sociales

Autre bonne nouvelle du rapport : les jeunes français ont vu leurs chances de devenir propriétaires augmenter de quatre points en une décennie depuis 2004, précise l’Insee.

D’autre part, les français les plus riches (1%) détiendraient l’équivalent de 16% de la richesse nationale, soit €4,1 millions pour chaque individu. Les classes supérieures (10%), quant à elles, possèderaient environ €595 700.

Pour autant, la classe moyenne constitue encore deux tiers de la population nationale. 

Des classes sociales aux actifs disparates, qui ne font que raviver le “scandale des APL” que le Président de la République Emmanuel Macron souhaitait abaisser de €50 par personne et par mois. Comme le rapportait le Monde, le député des Landes Boris Vallaud jugeait que « ceux qui sont à €20 près ne méritent pas ce mépris ».

Paris, précieuse capitale

En conclusion du rapport, tout indique que le marché de l’immobilier en France reste stable. Comme l’indique Le journal économique, les taux d’intérêts sont en baisse, même si la demande reste forte.

Néanmoins, le prix au mètre-carré reste exorbitant dans les grandes villes. Comme le rapporte le site de France Info, Paris a encore atteint un record historique le mois dernier avec une moyenne de €9 620 le mètre-carré.

En moins d’un an, les prix de la capitale auraient gonflé de plus de 8%. Paris est désormais une des villes les plus chères avec Londres, Hong Kong et New York.

Suivez-nous sur Twitter et Facebook pour des informations quotidiennes.
A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo

Articles à Recommender