La technologie sur laquelle repose le Bitcoin, à savoir la “blockchain” ou “chaîne de blocs” vient d’être approuvée par le ministre de l’économie pour une utilisation en France. Bruno Le Maire a déclaré que cette solution était en passe de devenir “un nouveau milieu de l’innovation financière à Paris”.

Rappelons que le Bitcoin est la première est plus connue des crypto monnaies, dont le cours est passé pour la première fois au-dessus des 15 000 dollars en décembre 2017.

Changement du code monétaire et financier

L’ordonnance approuvée par le conseil de ministres facilite le transfert de propriété de titres financiers grâce à la technologie blockchain permettant de stocker et de transmettre des informations de manière sécurisée. Le texte rédigé par la direction générale du Trésor modifie le code monétaire et financier français et clarifie les modalités de règlement de titres financiers dématérialisés.

Comme le ministre de l’Économie l’a fait savoir, l’autorisation du blockchain est une première en Europe. Il a ajouté que le blockchain et le financement participatif représentaient les nouveaux piliers de l’innovation financière à Paris.

Le gouvernement français est pro-blockchain

Avec cette nouvelle loi, le gouvernement français confirme son grand intérêt envers la technologie chaîne de bloc. Souvenez-vous, Emmanuel Macron avait des déclarations sur le sujet: il avait expliqué les avantages de la blockchain pour le marché des valeurs mobilières français. Par ailleurs, en septembre dernier le Trésor Public avait officialisé sa stratégie de réforme de la législation sur les valeurs mobilières afin de profiter de la technologie.

La révolution du Bitcoin

À travers 40 pays dans le monde, entre 500 000 et 1 million de personnes utilisent des monnaies virtuelles telles que le Bitcoin. Lancée en 2009, c’est la première et la plus célèbre des crypto monnaies, sécurisée par un protocole de cryptographie existant seulement sur internet et acceptée par les commerces en ligne. Aujourd’hui, le Bitcoin est capitalisé à 10 milliards d’euros et peut être échangé avec les principales monnaies officielles telles que le dollar, l’euro, le yen et le yuan.

Comment fait-on pour gagner des bitcoins ?

La seule manière de gagner des bitcoins est tout simplement d’enregistrer des transactions dans la base de données blockchain. C’est là où le fonctionnement circulaire du système prend tout son sens. En langage blockchain, chercher des bitcoins, on appelle ça « miner un bloc ». Cette expression fait référence aux mineurs car les personnes créant les bitcoins sont considérés comme des chercheurs d’or. Mais attention, cela n’est pas si facile que ça: pour miner les bitcoins vous devrez disposer d’un matériel informatique spécifique et puissant.

La blockchain, comment ça marche ?

On peut imaginer la blockchain comme une grande base de données contenant l’historique de l’ensemble des échanges effectués entre les utilisateurs depuis qu’elle a été créée. Concrètement, la blockchain peut être utilisée de trois manières différentes : pour transférer des actifs, pour exécuter automatiquement des contrats et pour tracer les actifs.

Sa particularité ? Elle n’est pas hébergée sur un serveur mais par les utilisateurs. Il n’existe donc aucun intermédiaire, et c’est pour cette raison qu’il est important que la blockchain soit protégée par des protocoles cryptographiques.

Un système de paiement basé sur le P2P

Le Bitcoin repose sur un système de paiement décentralisé utilisant des protocoles peer-to-peer (P2P). C’est justement la technologie de blockchain qui permet de chiffrer ces protocoles et qui fait donc le succès du Bitcoin.

Chaque propriétaire d’un portefeuille Bitcoin est propriétaire de sa propre banque, ce qui lui permet d’effectuer des transactions en ligne sans organe centralisateur. Il suffit de créer un portefeuille virtuel qui peut être téléchargé en ligne.

Coup de pouce pour les Fintech

L’utilisation à grande échelle de la technologie blockchain devrait permettre aux sociétés de Fintech d’offrir à leurs clients de nouvelles solutions d’échanges de titres. D’après le ministre des finances Bruno Le Maire, ces solutions devraient être plus rapides, plus sûres et moins chères. En ce qui concerne les grands groupes de la finance française, plusieurs d’entre eux sont très investis dans la technologie blockchain.

Natixis, Société Générale et BNP ont participé au tour de table 107 millions de dollars de la startup R3 en mai dernier. Pourquoi cet engouement ? Parce que les grandes banques ont bien conscience des réductions de coût colossales permises par ces technologies.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo