Au sein des économies développées, les Banques centrales aident les institutions en difficulté par les défaillances des marchés financiers. Au moment des crises, elles possèdent donc un pouvoir d’évaluation autonome et interviennent dans de nombreux domaines. Entre injection de liquidité dans l’économie (utilisation de la planche à billets), baisse et hausse des taux directeurs, sauvetage des banques et politiques fiscales, elles sont sur tous les fronts. Ces banques très spéciales jouent donc un rôle déterminant dans l’économie des pays, voire de régions entières. Les plus importantes sont la Banque Centrale Européenne (la BCE), la banque fédérale américaine (la FED), la Banque d’Angleterre (BoE) ou la Banque du Japon (BoJ).

 

L’objectif des Banques centrales, c’est en premier lieu la stabilité des prix

Pour faire simple, toutes les banques centrales ont pour mission de mettre en place une politique monétaire pour le ou les pays de leur juridiction. Cette politique monétaire a trois objectifs : la stabilité des prix, des taux de change et des taux d’intérêt. Pourquoi la stabilité des prix ? C’est une question de masse monétaire. Il faut atteindre une inflation modérée, généralement fixée à 2 %. Les prix augmentent lorsqu’il y a trop d’argent en circulation.

 

Elles sont également chargées de fabriquer la monnaie

La monnaie fiduciaire, c’est-à-dire les pièces et billets en circulation dans l’économie, est contrôlée par les Banques centrales. Mais contrairement à ce que l’on pense, ces dernières ne sont à l’origine que de 10 % des liquidités en circulation. Ce sont donc les banques commerciales qui s’occupent du reste, même si les Banques centrales sont celles qui supervisent l’émission de monnaie. Comment se fait cette création de monnaie ? Par la création de crédits aux consommateurs. Ainsi, avec un dépôt de 100 euros dans ses caisses, une banque peut accorder un crédit de 80 euros à ses consommateurs. Les 100 euros déposés existent toujours, ainsi que les 80 euros prêtés : la monnaie est créée. Lorsque le client rendra les 80 euros à la banque, l’argent sera détruit. Ainsi avec un dépôt initial de 100 euros, une banque peut créer jusqu’à 200 euros de liquidités. Cela porte le nom de multiplicateur de crédit.

 

Le maintien de la stabilité économique et de la croissance des pays

En dehors de la politique monétaire s’ajoutent d’autres objectifs tout aussi importants comme la stabilité de la politique économique des pays en vue du maintien du plein emploi et de la croissance. Si la situation l’exige, les Banques centrales sont capables de prêter de l’argent aux institutions.

 

Ces interventions ne sont pas sans risques

Les mesures des Banques centrales ne sont pas sans conséquences, et ont bien souvent des répercussions sur l’économie mondiale. Lorsque par exemple la Banque centrale fait tourner la « planche à billets » afin de créer de la monnaie, cela favorise l’inflation. C’est ce qui s’est passé pendant la crise de 2007 lorsque les banques des pays avancés ont injecté 300 milliards de dollars dans l’économie : cela a augmenté le risque de resserrement de la politique de crédit, scénario concrétisé en 2008.

 

Les baisses de taux d’intérêt peuvent être contre-productives

Les taux d’intérêts directeurs, ou taux d’intérêt de référence utilisés sur le marché interbancaire et qui sont ensuite répercutés sur les crédits accordés aux ménages, sont fixés par les Banques centrales. Si ces taux sont bas, cela est sensé stimuler la demande des consommateurs ainsi que la demande de certains produits, et donc faire monter l’inflation. De la même manière si les taux d’intérêt sont élevés, les ménages ont moins la possibilité d’emprunter et les prix baissent. Les taux directeurs sont dont très souvent utilisés par les Banques centrales afin de réguler l’inflation, comme c’est la cas en ce moment même en Europe et dans les autres économies développées où les Banques centrales mènent une bataille acharnée contre la déflation. Le problème, c’est que parfois même en baissant les taux directeurs la demande reste minime, et les ménages préfèrent épargner plutôt que consommer.

 

La légitimité des Banques centrales serait paradoxale

De manière générale, les Banques centrales ont un statut particulier qui leur permet d’échapper à tout contrôle des institutions politiques élues. Cela en fait donc les acteurs les plus puissants de l’économie. Mais en 2015, les Banques centrales ont trop tiré sur la corde, et les politiques monétaires mises en place ont atteint leur limite : avec des taux d’intérêt proches de zéro, la marge de manœuvre est devenue extrêmement difficile. Les banquiers se retrouvent alors impuissants face à la charge réelle de la dette, et le risque de déflation est plus menaçant que jamais. Les bulles financières induites par la création massive de liquidités sont aussi un problème. Comme les politiques monétaires sont devenues inefficaces, donc les Banques centrales se tournent vers les politiques budgétaires pour sortir de la récession.

 

Politique monétaire pour sauver l’inflation, fausse bonne idée ?

Il a été décidé depuis des décennies que la politique monétaire devait être prépondérante sur la politique budgétaire, l’inflation étant tout d’abord un problème de monnaie. Mais on s’aperçoit aujourd’hui que cette relation entre création monétaire et inflation n’est pas vérifiée de manière tangible. Les injections de liquidités dans l’économie n’ont jusqu’à date pas eu d‘effet durable sur l’évolution des prix des biens et services.

 

La Banque centrale européenne, une institution emblématique

La Banque centrale européenne, communément appelée BCE, est l’institution monétaire de l’Union Européenne dirigée par Mario Draghi, dont le siège se situe à Francfort. La BCE a été fondée en juin 1998 en Allemagne, et agit en tant que responsable du système monétaire de l’Union européenne. Elle travaille avec les Banques centrales de chaque pays pour présenter une politique monétaire commune.

 

L’utilisation des politiques monétaire a bien évolué au 20ème siècle

En période d’expansion économique, la masse monétaire va augmenter, dopée par les dépenses des ménages et l’investissement, et inversement en période de récession. Au 20ème siècle la politique monétaire était utilisée afin de faire redémarrer les économies en stagnation ou pour restreindre la masse monétaire. Mais après les chocs pétroliers successifs des années 1970, les pays avancés se sont concertés pour orienter les politiques monétaires vers la lutte contre l’inflation.

contact us btn icon

Passez à l'étape supérieure avec Alvexo Donnez nous la possibilité de vous contacter.

Ravi de vous rencontrer! Utilisez au moins 3 caractères
C'est bon! Quelque chose ne colle pas. Veuillez réessayer
x

On se connait déjà! Connectez-vous ou récupérez votre mot de passe

Êtes-vous sûr? Veuillez réessayer s’il vous plaît
+ -
A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo