Nouvelle étape dans la guerre commerciale sino-américaine ? L’application chinoise TikTok est visée par l’administration Trump, qui lui reproche d’espionner les utilisateurs en récoltant des données personnelles. La possible interdiction de l’app vidéo aux Etats-Unis pourrait servir les intérêts de Facebook.

Microsoft et Walmart se sont positionnés pour racheter la plateforme au cœur d’enjeux politiques et diplomatiques.

TikTok et Facebook, frères ennemis ?

Cela fait maintenant presque deux ans que la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis a démarré. Au départ, une hausse de la taxation de plusieurs matières premières chinoises sur le sol américain avait irrité Pékin. En quelques mois, les Etats-Unis avaient perdu près de 90% des investissements chinois. 

 

Désormais, c’est au tour du monde numérique d’être l’arène de ce nouveau genre de “guerre froide” sino-américaine.

D’un côté, Facebook, plus grand réseau social, dont l’action frise les 300 dollars. De l’autre, Bytedance, la compagnie mère de TikTok, la nouvelle application vidéo qui fait fureur chez les jeunes, dont la valorisation a été évaluée à 75 milliards de dollars en vue d’une IPO probable à la Bourse de Hong Kong.

TikTok gagne du terrain aux États-Unis. Avec 80 millions d’utilisateurs actifs, soit un quart de la population, elle fait de l’ombre à l’indétrônable Facebook, entreprise américaine parmi les plus puissantes au monde.

La croissance de TikTok est-elle réellement devenue une menace pour le réseau social aux trois milliards d’utilisateurs ? Toujours est-il que le président Donald Trump a annoncé que l’appli vedette des 15-25 ans pourrait être interdite sur le sol américain pour des raisons de sécurité numérique. Pourtant, d’après CNN plusieurs experts en cybersécurité n’ont pas réussi à prouver que TikTok prélevait davantage d’informations que Facebook.

La nouvelle aurait-elle servi les intérêts du réseau social, qui vient de lancer “Reels”, une fonction sur Instagram largement inspirée de TikTok ?

Des médias américains, tel le Wall Street Journal, laissent volontiers entendre que Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, aurait aidé à la manœuvre pour se débarrasser de l’application chinoise. D’après Le Figaro, « le lobbying antichinois de Mark Zuckerberg n’a jamais été aussi intense qu’à l’automne 2019 ».

Un tournant politique

En seulement quelques mois, l’affaire TikTok a donc pris un tournant politique. Le 5 août dernier, Donald Trump a signé un “ordre exécutif” déclarant l’interdiction de TikTok aux Etats-Unis. L’ordre prendra effet le 15 septembre. 

Deux semaines plus tard, les dirigeants chinois de TikTok ont garanti qu’ils supprimeraient les données des utilisateurs américains, mais cela n’a pas suffi à la Maison Blanche. 

L’ordre, entre autres, exige que Bytedance signale au gouvernement américain dès qu’un citoyen américain réalise une transaction sur l’application. 

 

La fermeture de l’app pourrait engendrer des pertes estimées à plusieurs millions de dollars. Les commerçants américains apprécient TikTok qui a généré pas moins de 200 à 300 millions de dollars aux petits détaillants en 2019, et pourrait atteindre 500 millions de dollars cette année.

Au-delà de sa force de frappe pour les consommateurs, TikTok est un employeur à grande échelle. Actuellement, l’entreprise emploie 1 500 travailleurs à temps complet outre-Atlantique.  Elle avait annoncé la création de 10 000 postes aux États-Unis d’ici 2023.

Les salariés de TikTok se retrouvent désemparés. Certains ont même décidé de poursuivre en justice l’administration Trump, comme l’explique la radio nationale américaine NPR.  Une nouvelle qui pourrait faire tache en pleine campagne présidentielle.

A lire sur Alvexo: “La Chine se viderait-elle de ses usines?”

Walmart, Microsoft : quel repreneur pour TikTok ? 

TikTok a donc deux semaines pour trouver un repreneur aux Etats-Unis.

Certaines entreprises ont déjà exprimé leur intérêt, notamment le tandem Microsoft et Walmart, qui ont décidé de faire front commun.

En effet, Microsoft souhaite intégrer l’application à son groupe.  Le géant de la tech originaire de Seattle est l’un des rares à pouvoir se permettre ce rachat.

Exceptée une expérience malheureuse avec So.cl, lancé en 2011 et fermé en 2017, Microsoft n’a jamais réussi à se développer dans l’industrie des réseaux sociaux. À l’annonce du potentiel rachat de TikTok, l’action de Microsoft a bondi de 12% en un mois, passant de 212 à 238 dollars.

De son côté Walmart, plus grande chaîne de supermarchés outre-Atlantique, qui cherche à rivaliser avec Amazon, voit dans ce possible rachat un gros potentiel pour la vente en ligne et à domicile.

 

L’application TikTok pourrait bien atteindre les 100 millions d’utilisateurs actifs aux Etats-Unis – tout autant de consommateurs potentiels branchés sur smartphone, comme le relève Fox Business.  “Le futur client de Walmart ou d’Amazon – c’est ça, qu’offre TikTok aujourd’hui”, a conclu Amit Shah, responsable de la stratégie chez VTEX, une entreprise de boutiques en ligne.

Le contenu ci-dessus est considéré comme une information à titre indicatif et ne peut être assimilé à une recherche ou un conseil en investissement indépendant.

CAC 40, Or, Pétrole… Suivez sur la chaîne YouTube d’Alvexo les analyses du spécialiste Stéphane Ceaux-Dutheil

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo

Articles à Recommender

LVMH abandonne Tiffany

Apple s’envole avec le Iphone 5G