LVMH, le leader mondial du luxe, a affiché des résultats rassurants pour ses actionnaires, même si son activité a enregistré un recul, suite à la fermeture des boutiques, des ateliers et des aéroports en raison du confinement.

 Le chiffre d’affaires du groupe a chuté de 27% au premier semestre. Il devrait se ressaisir grâce à une nouvelle stratégie ciblée sur le e-commerce, et espérer évoluer dans le bon sens pour la deuxième partie de l’année.

LVMH solide, malgré une accalmie

LVMH existe depuis une trentaine d’années, mais pour Jean-Jacques Guiony, le directeur financier de la première entreprise mondiale du luxe, la situation est sans précédent : « nous n’avons jamais vu un alignement aussi négatif des planètes », a-t-il confiédans les pages des Echos

Alors même que le chiffre d’affaires du groupe aux 75 « maisons » (Louis Vuitton, Fendi, Dior ou encore Dom Pérignon ou Bulgari etc.) a reculé de 27 % à 18,4 milliards d’euros, “le bénéfice opérationnel a baissé de 68%, à 1,7 milliard, et le profit net, qui intègre notamment des dépréciations, de 84%, à 522 millions”, rapporte Les Echos

La marge opérationnelle du pôle vins et spiritueux est de 27,8%, alors qu’elle est de 22,1% pour le secteur mode et maroquinerie.

En juin, lors de la tenue de l’assemblée générale du groupe, le PDG Bernard Arnault s’était voulu rassurant, estimant que LVMH pouvait « surmonter cette crise », retrouver une performance et continuer à gagner des parts de marché.

Un salut qui vient de Chine

Alors que les Chinois ont vu leur confinement démarré en janvier, les consommateurs étaient de retour dans les boutiques dès le mois de juin, provoquant une hausse des ventes de 65% pour Dior et Vuitton. 

Dans le secteur vins et spiritueux, le cognac Hennessy était de mise pour fêter la fin du confinement, alors même que les ventes de champagnes étaient en baisse de 30%, en pleine saison traditionnelle des mariages – annulés pour cause de pandémie. 

A lire sur Alvexo : “Coronavirus : LVMH maintiendra-t-il le cap en 2020 ?”

AL_FR_Gold_970x250_t01

L’e-commerce, une voie durable ? 

Le PDG d’Aéroports de Paris a annoncé qu’un retour à la normal pour le trafic aérien ne serait pas envisageable avant 2024-2027. De quoi inquiéter les grandes marques du luxe.

Prenant les devants, le groupe LVMH a développé une stratégie digitale avec la plateforme 24S.com, en partenariat avec le célèbre magasin parisien de luxe Le Bon Marché, situé au 24 rue de Sèvres.

Lancée il y a déjà quelques années, la plateforme de e-commerce 24S connaît un regain de succès sans précédent.

Comme l’a expliqué Jean-Jacques Guiony, directeur financier de LVMH lors de la publication des résultats, les chiffres de 24 S sont “trop beaux pour être mentionnés” et il a exprimé ouvertement sa crainte de ne pas les maintenir à l’avenir, rapporte le blog Japan FM. 

Selon Bain Capital, le e-commerce en ligne devrait représenter 30% du marché du luxe d’ici 2025.

Le contenu ci-dessus est considéré comme une information à titre indicatif et ne peut être assimilé à une recherche ou un conseil en investissement indépendant.

al_fr_oil_970x250_v3c

CAC 40, Or, Pétrole… Suivez sur la chaîne YouTube d’Alvexo les analyses du spécialiste Stéphane Ceaux-Dutheil

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo

Articles à Recommender

LVMH abandonne Tiffany

Apple s’envole avec le Iphone 5G

L'app chinoise TikTok est devenue une affaire aux enjeux politiques et diplomatiques