Lors de sa campagne, le candidat Macron avait fait de la réforme de l’ISF une de ses priorités.

Si le nouveau Président obtient la majorité aux prochaines législatives, l’ISF tel qu’on le connaît devrait être remplacé dès 2019 par un impôt sur la rente immobilière, l’IFI.

Les valeurs mobilières devraient donc être exclues de l’assiette de l’ISF, l’imposition serait donc centrée sur les biens immobiliers. D’après les spécialistes, ce changement inciterait les ménages aisés à se détourner de la pierre.

L’ISF, un impôt de solidarité

L’ISF est tout d’abord un symbole de justice fiscale qui a connu une histoire mouvementée. L’impôt sur la fortune fut mis en place en 1982 sous le gouvernement de Pierre Mauroy.

the French People need to be heard

Il fut ensuite supprimé par Jacques Chirac en 1987, pour ensuite être rétabli en 1989 par Michel Rocard. L’impôt demande un effort supplémentaire aux contribuables ayant 1,3 million d’euros net de patrimoine. Bijoux, œuvres d’art, chevaux, portefeuilles d’actions et biens immobiliers sont concernés.

En 2015, 342 942 foyers français étaient concernés par l’impôt. L’ISF a rapporté à l’État français 5,2 milliards d’euros en 2015. Si ce chiffre peut paraître important, il est négligeable comparé aux 173 milliards de recettes de la TVA, ou aux 60 milliards de l’impôt sur les sociétés.

L’ISF est un impôt symbolique

Le français ont toujours été sensibles à la symbolique de l’ISF. En revanche, les analystes considèrent qu’il est contraire au bon fonctionnement de l’économie.

Il faut dire que dans l’Union européenne la France et l’Espagne sont les seuls pays à appliquer une imposition sur le patrimoine, ce qui favorise le départ des citoyens fortunés à l’étranger.

Qu’est-ce qui change avec Macron ?

Il s’agit d’un des projets phares d’Emmanuel Macron. L’ISF sera remplacé par un autre impôt, celui sur la fortune immobilière ou IFI.

Seuls les revenus de rente seront imposés, et les revenus de capital seront exonérés. Ici, le distinguo est fait entre l’immobilier qui finance l’économie, et l’épargne qui contribue au financement des entreprises. Mais quel réellement le but de ce changement ?

Macron and the changes for france

Selon Macron, l’IFI stimulerait l’économie réelle, et permettrait de rapatrier les exilés fiscaux sur le territoire français en supprimant 49 % de l’assiette de l’ISF. Seul bémol, l’impôt rapporterait deux milliards d’euros en moins que l’ISF.

« J’ai proposé de réformer en profondeur l’impôt sur la fortune et donc de supprimer toute la part de l’ISF qui concerne la taxation de l’investissement, de l’enrichissement dans une entreprise, du cash », Emmanuel Macron, Président de la République.

Concrètement, qu’est ce qui va sortir de l’ISF

Voici les actifs financiers qui seront exonérés de l’IFI, impôt sur le patrimoine :

– Assurance vie

– Espèces

– Livrets d’épargne

– Avoirs sur les comptes bancaires

– Sicav et FCP

– Actions et parts sociales

Les “petits” ISF seraient lésés

Le diable est dans les détails. Si l’IFI favorise les exilés fiscaux, essentiellement représentés par des actionnaires minoritaires surtaxés par l’ISF, il n’avantage pas vraiment les plus modestes.

La fortune de ces derniers est essentiellement immobilière, et ils ne gagneront donc pas grand-chose avec cette réforme. Les gros patrimoines seront les plus avantagés, l’immobilier ne représentant pas plus de 20 % de votre patrimoine.

Ce qui se frottent les mains, ce sont les actionnaires minoritaires de groupes familiaux, qui étaient jusqu’à maintenant taxables sur la valeur totale de leurs titres. Désormais, ils pourront jouir de leurs dividendes sans subir l’impôt sur la fortune.

Point sur les réformes fiscales de Macron

Outre la réforme de l’ISF, Emmanuel Macron a prévu de supprimer la taxe d’habitation pour 80 % des ménages, d’instaurer un impôt unique sur l’épargne, une déclaration individualisée pour les couples, et de supprimer les cotisations salariales ainsi que la hausse de la CSG.

Le tiers payant serait lui aussi réévalué, tandis que l’impôt sur les sociétés serait abaissé à 25 %. L’ensemble de ces mesurent visent à stimuler l’économie française, qui bénéficient d’un choc de confiance après les élections.

contact us btn icon

Passez à l'étape supérieure avec Alvexo Donnez nous la possibilité de vous contacter.

Ravi de vous rencontrer! Utilisez au moins 3 caractères
C'est bon! Quelque chose ne colle pas. Veuillez réessayer
x

On se connait déjà! Connectez-vous ou récupérez votre mot de passe

Êtes-vous sûr? Veuillez réessayer s’il vous plaît
+ -