Lundi, le groupe Casino a annoncé que sa marque Monoprix signait un partenariat avec Amazon Prime Now. Alors qu’Amazon Fresh a d’ores-et-déjà annoncé la distribution du géant Whole Foods, le géant de l’Internet souhaite poursuivre son expansion dans l’hexagone.

L’ alliance avec Monoprix, populaire chez les jeunes actifs connectés, se veut une stratégie judicieuse. Profitant de l’implantation internationale de Casino, Amazon espère viser d’autres pays à fort potentiel, comme le Brésil. Mais le mariage entre les deux géants de la grande distribution restera-elle une union exclusive ? Enquête.

Leclerc contre Casino : une digitalisation confirmée

La digitalisation de la grande distribution se confirme. Un jour après l’annonce de Casino, le groupe Leclerc a annoncé un service de livraison alimentaire à domicile à Paris intra muros. Leclerc connaît un regain de popularité depuis 2017 avec les prix les moins chers de la grande distribution en France. Carrefour arrive en deuxième position, privilégiant le rachat de petites enseignes pour s’implanter dans les centres-villes.

Le groupe Casino a cependant une longueur d’avance : il a signé un accord avec le géant de l’e-commerce Ocado pour la construction d’un entrepôt à Paris. Le but : optimiser la logistique grâce à des outils digitaux ultra-performants. Avec presque 1,5 milliard d’euros de ventes en ligne en 2016, Ocado est un site très connu des expatriés français au Royaume-Uni, car il propose une large sélection de produits français. Un groupe qui connaît déjà le marché tricolore.

Monoprix, une cible urbaine

Monoprix est une enseigne historiquement urbaine : elle est présente dans 85% des agglomérations françaises et compte plus de 300 magasins en centres villes, ce qui fait d’elle la plus influente des chaînes  en France. Avec son union à Amazon,  Monoprix pourra vendre tous ses produits sur Amazon Prime Now, un service de livraison en moins de deux heures à Paris et dans plus de 20 villes en banlieue.

“L’idée est de proposer un assortiment entre 5 000 et 10 000 références en ligne, soit l’équivalent d’un magasin”, a déclaré Régis Schultz, président de Monoprix au magazine Challenges.  Dans un premier temps, il espère compter près de 1 000 commandes quotidiennes sur ce “supermarché en ligne”. Ironie du sort, Monoprix tournait en dérision dans une vidéo l’ouverture du premier magasin Amazon Go, le supermarché sans caisse du géant américain.

Un contrat exclusif ?

Même si les actions du groupe Casino ont bondi de près de 10% à l’annonce, de nombreux spécialistes questionne l’idylle de cette union. En cause : l’exclusivité du contrat. Si Amazon se félicite d’avoir conclu ce partenariat, son business model et les commissions qu’il se rétribue soulève quelques questions quant à sa stratégie à long terme.

Amazon tentera t-il de devenir le premier marketplace des enseignes françaises ? Qui sait si Amazon se contentera du groupe Casino pour le marché français ? Certaines rumeurs dans l’industrie agro-alimentaire rapportent que Leclerc, ainsi que le groupe U, auraient été approchés par Amazon, sans succès… Il y a donc fort à parier que d’autres groupes sont actuellement en négociation avec Amazon.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo