Le Next40 sera t-il le CAC40 de la tech tant voulu des investisseurs ? Pour le gouvernement Macron, une chose est sûre : la French Tech a le vent en poupe et attire les capitaux. Lancée par le président lui-même alors qu’il était encore Ministre à Bercy, la French Tech souhaite mettre en lumière les talents français.

Cette année, l’initiative s’enrichit d’un listing de talents qui, promet le président, seront aidés généreusement par l’état. Le quotidien Les Echos a dévoilé cette liste. Parmi ces pépites, on retrouve les licornes françaises Blablacar et Doctolib, ou encore Deezer et Younited Credit. 

A la recherche des prochaines licornes

Qui sera la prochaine licorne française ? C’est à cette question que le nouveau classement Next40 tente de répondre.

Le quotidien les Echos a publié la liste. Réparties en six catégories, les entreprises technologiques françaises qui ont le vent en poupe ont été distinguées, dans le premier classement de Next 40.

“Les start-ups ayant réalisé une levée de fonds supérieure à €100 millions sur les trois dernières années sont automatiquement intégrées”,  a précisé Bercy dans un communiqué.

Six catégories différentes

Publicité, divertissement, service, commerce en ligne ou encore fintech : les startups tricolores ont su dépasser les frontières hexagonales pour atteindre, pour certaines, la valuation de €1 milliard – soit le montant minimum pour être nommé “licorne”, dans la novlangue de la Silicon Valley.

A l’instar de licornes telles que Blablacar, OVH et Doctolib, certaines start-ups espèrent se métamorphoser elles aussi en créature magique. Parmi ces dernières : Frichti, le service de livraison de repas à domicile, Vestiaire Collective, spécialiste du e-commerce, ou encore October, une start-up spécialisée dans les prêts pour les PME.

A lire sur Alvexo: “Impôts: une baisse de €9.3 milliards en 2020″

Des démarches facilitées

Autre bonne nouvelle de ce classement : l’annonce d’Emmanuel Macron pour faciliter les démarches administratives des start-ups installées en France.

Si le siège social d’une entreprise se trouve en France et qu’elle n’a pas encore réalisé d’introduction en bourse, elle pourra prétendre à un accompagnement spécifique.

L’Elysée s’est donné comme objectif de faire émerger 25 licornes françaises d’ici à 2025. Le gouvernement compte aider au financement des start-ups françaises à hauteur de €5 milliards. Une manière stratégique d’inciter les investisseurs à venir en France et les jeunes talents à rester dans l’hexagone.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo