Alors que la diplomatie internationale est en pleine crise depuis plusieurs mois, le Président français Emmanuel Macron s’essaie à la médiation entre les deux dirigeants les plus influents au monde : Donald Trump et Vladimir Poutine.

Ils seront tous deux en visite à Paris la semaine prochaine lors des commémorations du centenaire de la fin de la première guerre mondiale.  

Alors que beaucoup d’experts parlent d’une admiration commune, les deux leaders jouent la carte du mystère jusqu’au 11 novembre 2018. La Maison Blanche infirme cette rencontre, mais le Kremlin l’a confirmée cette semaine. Analyse d’une relation ambigüe. 

Une relation amicale

Historiquement, les présidents des Etats-Unis ont entretenu des relations très distantes avec leurs homologues russes : Bill Clinton et Boris Yeltsin, Barack Obama et Vladimir Poutine… Depuis la fin de la guerre froide, on n’avait pas vu de relation de confiance entre les deux pays.

Mais Donald Trump et Vladimir Poutine semblent avoir changé la donne. Ils expriment publiquement une admiration mutuelle.

Lors de leur première rencontre, les deux dirigeants semblaient comme deux amis, s’échangeant des sourires face caméra.

Ils avaient un discours commun sur les grands axes économique et diplomatique et semblaient en accord sur des sujets de fond.

Des conflits d’intérêts

Tout semblait sonner comme une idylle parfaite, jusqu’à ce que les services de renseignements américains exposent la complicité entre des proches de Donald Trump et le gouvernement russe.

Ce dernier est accusé d’avoir orchestré le piratage informatique de masse lors du Congrès National des Démocrates aux Etats-Unis, pendant la campagne présidentielle. Pour beaucoup d’Américains, cette histoire est la raison de la défaite d’Hillary Clinton, candidate favorite lors de la campagne électorale en 2016.

Alors que Donald Trump a été élu, les américains ne cessent de se poser la question : Vladimir Poutine a t-il aidé Donald Trump à accéder à la présidence ? Donald Trump lui est-il redevable ? Pour beaucoup, la relation entre eux est très floue et relève d’un conflit d’intérêts de la plus haute ampleur.

Ces scandales ont déchiré et divisé le parti des Républicains – qui a d’ailleurs perdu la Chambre des Représentants cette semaine lors des élections de mi-mandat.

Helsinki : la boîte de Pandore

En juillet dernier, lors de leur premier sommet bilatéral, Vladimir Poutine semblait prendre le contrôle sur la relation avec Donald Trump. Le dirigeant américain avait été décrit par les journalistes comme “extrêmement conciliant” avec son homologue russe.

De retour à Washington, Trump semblait affaibli, devenu impopulaire dans son propre parti.

A lire aussi : Donald Trump est sous le feu des critiques après sa visite au Royaume-Uni et le sommet d’Helsinki

Alors qu’un journaliste lui a demandé si la Russie était responsable du piratage informatique, il avait simplement répondu “Nous avons tous notre part de responsabilité”, esquivant ainsi une réponse tranchée.

La semaine prochaine, les deux hommes se rencontreront à Paris “brièvement”, avant de s’asseoir à la même table lors du G20 en Argentine à la fin du mois.

Pour le moment, on ne sait pas de quels sujets ils parleront, ce qui alimente encore plus la polémique qui enfle autour de cette relation très controversée.

 

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo