La dynastie des Rothschild vient de confirmer un changement imminent de gouvernance. A tout juste 37 ans, Alexandre de Rothschild, seul fils héritier, succédera à son père David, au mois de juin prochain. Le Financial Times a publié l’information mardi 27 février, indiquant également que ce changement de direction arrivait au même moment qu’un changement de stratégie pour la banque d’investissements franco-britannique.

Priorité au digital

Pour le moment, comme l’indique le site des Echos, Alexandre de Rothschild est Vice-président exécutif de la société.  Alors qu’il a intégré l’entreprise familiale il y a une dizaine d’années, il est seulement sorti de l’ombre il y a deux semaines, lorsqu’il a donné sa première interview pour Les Echos.  Il y a appuyé sa volonté d’accompagner la Banque Rothschild & Co. vers une transition numérique optimale. Le futur PDG a notamment évoqué l’embauche récente d’une équipe de 50 banquiers spécialisés dans le digital et basés à Palo Alto, la sacro-sainte mecque de la high-tech en Californie.

Le conseil en baisse, les fusions-acquisitions et revenus en hausse

La date de la succession, prévue à la fin du premier semestre 2018 et ce changement de stratégie n’ont rien d’un hasard. Publiés en novembre dernier, les résultats du premier semestre 2017 ont clairement montré de nouvelles tendances. La banque accusait des pertes de €492 millions – soit une baisse de 8% pour son activité de conseil global. A l’inverse, deux départements se sont targués d’une hausse à deux chiffres : les fusions acquisitions à 15% et les revenus de la banque à 43%. Des résultats encourageants dûs à une stratégie ouverte sur les Etats-Unis et moins concentrée sur la France et le Royaume-Uni : en moins d’un an, Rothschild a ouvert un bureau à Chicago et à San Francisco.

En 2017, Rothschild était classée la cinquième banque la plus en Europe, juste après Bank of America Meryll Lynch. Alexandre de Rothschild sera le septième descendant de sa famille à reprendre les rênes depuis plus de 200 ans.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo