Selon Boeing qui a livré ses dernières estimations le 11 septembre,  la Chine aura besoin d’acheter 7 690 avions commerciaux d’ici à 2037 afin de répondre à l’essor de son trafic aérien.

Malgré le ralentissement économique du pays et la guerre commerciale entre Pékin et Washington, Boeing compte plus que jamais sur les compagnies aériennes chinoises pour remplir son carnet de commandes.

Deuxième marché aéronautique au monde derrière les États-Unis, la Chine partage ses achats de manière équitable entre l’américain Boeing et le français Airbus.

  • Selon Boeing, la Chine aura besoin de 7690 avions d’ici à 20 ans
  • La classe moyenne chinoise devrait atteindre 600 millions de personnes sur la période
  • Les avions mono couloir représenteront 75% des commandes

Achat de 7 690 avions d’ici à 2037

Les compagnies aériennes chinoises doivent faire face à l’explosion du trafic aérien local et international. Selon Boeing, elles auraient besoin d’acquérir 7690 avions d’ici les 20 prochaines années, ce qui représente 1200 milliards de dollars, chiffre en hausse de 6,2% par rapport aux estimations de 2017.

Alors que 29% des avions neufs livrés remplaceront des avions anciens, les 71% restants devraient tripler la flotte actuelle du pays qui passera de 2 880 appareils l’an dernier à 7 720 appareils en 2035.

Lire aussi: la Chine présente la “nouvelle Route de la Soie”

Essor de la classe moyenne chinoise

Le constructeur mise sur une demande robuste du tourisme et du voyage d’affaires, portés par l’essor fulgurant de la classe moyenne chinoise qui a triplé durant les dix dernières années.

Dans deux décennies, cette classe moyenne devrait représenter 600 millions de personnes. Il s’agit d’un segment de population aisé et désireux de voyager non seulement en Chine mais aussi à l’étranger. Ainsi, d’ici à 2035, le nombre de passagers chinois devrait progresser de 6,4%.

Lire aussi: la Chine affiche sa pire croissance en 28 ans

La Chine est en pleine transition de son économie: pendant longtemps basée sur l’industrie, elle glisse lentement vers les services et la consommation intérieure. Les transports et le tourisme deviennent donc des secteurs clés.

L’accroissement de la demande en avions de ligne est le résultat direct de ce changement de modèle économique. Au cours des prochaines années, la Chine représentera 17% du total des avions de ligne vendus dans le monde (39 600 appareils).

Premier marché aérien au monde en 2020

Avec 550 millions de passagers en 2017, l’industrie du transport aérien chinoise devrait faire état de 610 millions de passagers en 2018.

Selon l’Association Internationale du Transport Aérien (IATA), cela permettra à la Chine d’atteindre la première place mondiale en 2022 et de doubler son volume de transport aérien d’ici à 2036. Cela représentera alors 1,5 milliard de passagers.

Les mono couloirs au coeur des commandes

Toujours selon Boeing, les avions mono couloir représenteront 75% des commandes chinoises sur les vingt prochaines années.

Cependant, le constructeur prévoir un essor des commandes d’avions à grande capacité: sur la période, la Chine aura besoin de 1620 appareils long-courrier soit trois fois la taille de sa flotte actuelle. Avec l’explosion du e-commerce, le géant asiatique aura également besoin de 200 avions-cargos neufs supplémentaires.

Boeing épargné par la guerre commerciale

Pour Boeing, la Chine est un marché crucial. Mais face à la guerre commerciale menée entre Washington et Pékin, les experts craignent que le régime communiste ne réduise les commandes auprès du constructeur américain, et ce au profit d’Airbus.

Si pour le moment Airbus et Boeing se partagent le marché chinois à parts égales, ils doivent maintenant affronter le chinois Comac, nouveau venu sur le marché. Ce dernier teste actuellement son premier avion moyen-courrier maison, le le C919. La Chine espère le mettre en service dès 2020, dans l’espoir de s’immiscer dans le duopole occidental du marché des avions de plus de 110 places.

Lire aussi: Airbus pourrait quitter le Royaume-Uni après le Brexit

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo