L’an dernier, TF1 appelait à un “rééquilibrage” de ses relations avec les opérateurs télécoms. En bref, la chaîne historique avait décidé que Free, SFR, Orange et Bouygues devaient commencer à lui verser des revenus pour diffuser ses contenus gratuits sur internet.

Confronté à une faible croissance de son chiffre d’affaires et à un basculement des revenus de la publicité de la télévision vers des supports internet, TF1 cherche plus que jamais à monétiser ses contenus.

Aujourd’hui, le groupe a déjà passé des accords de diffusion avec Bouygues, SFR, Orange et Free, tandis que Canal+ fait de la résistance.

TF1 en croisade contre les télécoms

En 2017, le PDG de TF1 Gilles Pélisson annonçait avec grand fracas que le groupe prévoyait de facturer les opérateurs télécoms (Orange, SFR, Free, Bouygues) ainsi que Canal+ pour la diffusion de ses chaînes gratuites sur internet.

Dans le cas où ces derniers refusaient de partager leurs revenus, TF1 menaçait de couper la diffusion de ses chaînes gratuites (TF1, TMC, NT1, HD1 et LCI). Si TF1 était alors décidée à faire payer ces diffusions au prix fort, ses adversaires ne semblaient pas disposés à coopérer et les négociations se sont poursuivies dans un climat de haute tension.

La demande de payer 20 millions d’euros par an et par fournisseur d’accès (soit une multiplication par dix) étaient selon les opérateurs “inacceptable, déraisonnable et infondée“.

Origine de ce conflit à 100 millions d’euros

Avec le numérique, le marché de la publicité bascule petit à petit de la télévision classique vers des supports internet. Alors que le groupe TF1 est déjà confronté à une faible croissance de son chiffre d’affaires, il devient urgent de monétiser ses contenus maison. Ce que demande le patron de TF1 aux télécoms, c’est une “redevance” sur la diffusion des chaînes gratuites du groupe.

Selon Gilles Pélisson, “il n’y a pas de raison que ça soit gratuit”. Comme il l’a rappelé à juste titre, de nombreux pays appliquent le modèle économique selon lequel les opérateurs télécoms rémunèrent les diffuseurs pour leurs chaînes gratuites. C’est notamment le cas des États-Unis et de la Belgique.

Les arguments des opérateurs télécom

D’après un porte-parole du groupe Orange, “le modèle économique actuel est équilibré”. Vous l’aurez compris, les opérateurs télécoms français ne voulaient pas entendre parler d’un changement.

Leurs arguments étaient les suivants:
  • Les opérateurs apportent à TF1 une exposition maximale pour leurs chaînes, et ce sur tous les écrans. Traduction, les télécoms rendent un service à TF1 en diffusant ses contenus.
  • Leur seul bénéfice en échange de cette diffusion est de monétiser l’audience grâce à la publicité.
  • Ils doivent acheter leurs propres fréquences à prix d’or et doivent investir massivement dans les réseaux, tandis que TF1 bénéficie de fréquences de la TNT gratuite pour émettre en hertzien.

Les contrats de diffusion signés

Malgré les réticences des opérateurs qui ont mené à de multiples coupures de diffusion, ces derniers ont fini par se résigner. En échange de services Premium (service replay MYTF1 enrichi, nouveaux services tels que le start over, multi-écran, etc…) et de prétentions financières revues à la baisse, TF1 a réussi à convaincre SFR, Bouygues Telecom, Orange et Free à partager leurs revenus. Aujourd’hui, seul Canal+ fait de la résistance.

– TF1 et SFR – Novembre 2017

Après un an de conflits, c’est face à SFR que TF1 remporte la première bataille qui l’oppose aux opérateurs. Le 6 novembre 2017, les deux groupes signent un accord financier estimé à “entre 10 et 20 millions d’euros par an” autorisant SFR à diffuser les chaînes gratuites de TF1 sur ses plateformes internet.

– TF1 et Bouygues – Janvier 2018

Deux mois après SFR, c’est autour de Bouygues Telecom d’enterrer la hache de guerre avec TF1. L’accord inclut les 5 chaînes en clair de TF1, le service replay MYTF1 enrichi.

– TF1 et Orange – Mars 2018

Le 8 mars dernier et après deux ans de conflits, TF1 et Orange ont miraculeusement trouvé un accord de distribution pour les chaînes de TF1.

Orange a accepté de payer entre 10 et 13 millions d’euros par an à TF1 pendant 4 ans pour continuer à diffuser le service MyTF1 et bénéficier de programmes en avant première, de programmes diffusés en 4K, et de la diffusion de deux chaînes TF1 + 1 et TMC + 1, qui seront décalées d’une heure par rapport à TF1 et TMC.

TF1 et Free – Avril 2018

Après SFR, Bouygues Telecom et Orange, Free était le dernier opérateur avec lequel TF1 n’avait pas signé d’accord. C’était chose faite en avril dernier avec un “nouvel accord de distribution global” des chaînes de TF1 pour les abonnés Free. Jusqu’à aujourd’hui, aucun montant n’a été dévoilé pour cette transaction. Comme c’est le cas pour tous les autres opérateurs, l’accord permet aux clients de Free de bénéficier de nouvelles fonctionnalités autour de programmes de TF1.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo