AccueilÉconomieTotal veut booster sa transformation

Total veut booster sa transformation

Total se remet doucement de la crise du coronavirus. Alors que l’année 2020 a mis le groupe pétrolier à rude épreuve, l’entreprise française a partagé des chiffres en hausse pour le premier trimestre 2021, dépassant les attentes des analystes.

Avec une chute de la production d’hydrocarbures de 5% en 2020, Total se tourne de plus en plus vers les énergies vertes. L’entreprise a même annoncé vouloir changer de nom pour devenir TotalEnergies.

2020, une année catastrophe

Coronavirus oblige, l’industrie pétrolière a connu un ralentissement historique, avec une chute de la production mondiale de plus de 20%.

C’est la pire baisse depuis 2015 même si en 2018 les prix du brut avaient déjà dévissé de 19,8%.”, rapporte Le Figaro

L’entreprise a perdu près de 7,2 milliards de dollars de bénéfices en 2020. Un contraste flagrant avec 2019 quand Total affichait un bénéfice de 11,2 milliards de dollars !

La conjoncture a incité les consommateurs à acheter autrement, poussant aussi notamment les entreprises à réduire leur consommation de carburants. Comme le rappelle RTL, “les ventes de voitures électriques en France ont bondi l’an dernier, on est passé de 1% des immatriculations à 6,7% en quelques mois”.

Les énergies vertes sont passées au centre des préoccupations de Total et des autres groupes pétroliers. Le pétrole ne pourrait représenter qu’un tiers du chiffre d’affaires de l’entreprise aux alentours de 2030.

AL_FR_logos_970x250

TotalEnergies, un “green washing” efficace ? 

Afin de mieux représenter le tournant pris vers la transition énergétique, le groupe Total a décidé de changer de nom pour devenir TotalEnergies. Ce changement sera soumis au vote des actionnaires en mai prochain lors d’une assemblée générale.

Avec un intérêt croissant pour les énergies alternatives, certains salariés de l’entreprise soulèvent la possibilité d’un opportunisme à court terme, susceptible de nuire gravement à la vie des salariés. 

“Il y a sûrement une petite tentative de “green washing” pour améliorer son image. C’est d’ailleurs ce que dénonçaient des salariés de la raffinerie de Grandspuit, où 700 emplois sont menacés, rappelle RTL.

A lire sur Alvexo: “L’hydrogène, nouvel eldorado des investisseurs ?”

En attendant, portée par la hausse des cours du pétrole Brent qui atteignent des sommets jamais vus depuis plus d’un an, l’action Total a le vent en poupe et a même franchi le seuil symbolique des 40 euros.

Total Quadran, premiers pions en France

Début mars, Total a remporté un contrat de 50 mégawatts en France, confirmant sa position de leader du développement solaire dans l’Hexagone. Le projet répond au nom de Total Quadran. 

“Total confirme ainsi sa position de numéro 1 du développement solaire en France avec près de 400 MW, soit le volume le plus important remporté sur les 18 derniers mois.”, confirme Capital. 

Cette nouvelle conclut un nouveau cycle d’activités vertes du groupe développées un peu partout dans le monde. En octobre dernier, Total avait notamment signé un contrat avec son partenaire Indien Adani, pour 2,1 GW de centrales solaires, 1,6 GW aux Etats-Unis et 1,5 pour un projet d’éoliennes au Royaume-Uni. 

Le contenu ci-dessus est considéré comme une information à titre indicatif et ne peut être assimilé à une recherche ou un conseil en investissement indépendant.

CAC 40, Or, Pétrole… Suivez sur la chaîne YouTube d’Alvexo les analyses du spécialiste Stéphane Ceaux-Dutheil.

Ce site utilise des cookies pour assurer à l'utilisateur la meilleure expérience possible. En savoir plus

Acceptez