Après la légalisation de l’usage récréatif du cannabis, la Californie devient le plus gros marché au monde de la drogue douce. Certes le cannabis à usage médical était déjà légal dans huit états américains, mais c’est la première fois que son usage récréatif est autorisé.

D’après les économistes, la vente de marijuana atteindra 5,8 milliards de dollars d’ici 2021 dans l’état le plus peuplé des États-Unis, où les ventes illégales pèsent aujourd’hui 5,1 milliards de dollars.

La Californie, plus gros marché mondial de cannabis

La décision de légaliser le cannabis en Californie va faire de l’État américain le plus gros marché du monde pour la drogue douce. Huit états américains ont déjà légalisé son usage médical, mais la légalisation pour un usage récréatif change la donne pour l’ensemble du secteur.

5,8 milliards de dollars de ventes d’ici 2021

Alors que les ventes illégales de cannabis culminent 5,1 milliards de dollars en Californie, la vente légale pourrait y atteindre 5,8 milliards de dollars d’ici 2021. À en croire le président l’association californienne United Cannabis Association, plus de 80% des vendeurs de cannabis agissent dans l’illégalité.

28,3 grammes ou six plants par personne

Après la légalisation, chaque personne majeure pourra posséder jusqu’à 28,3 grammes de cannabis ou six plants. Il est cependant toujours interdit d’en consommer en public, à moins de 300 mètres d’une école ou au volant d’une voiture.

Si jusqu’au 31 décembre 2017 les californiens devaient présenter une ordonnance médicale pour acheter du cannabis, il leur suffit à présent d’être âgé de plus de 21 ans, comme c’est le cas pour l’alcool.

Pour le trésor public, c’est le jackpot

Qui dit légalisation dit taxation: l’État de Californie prélèvera deux taxes sur les vente, de respectivement 15% et 10%. De plus, chaque ville imposera une taxe municipale allant de 2 à 10%. Les villes de San Francisco et San Diego ont commencé à émettre des permis de ventes destinés aux commerçants dès les premières heures de 2018.

Des lenteurs administratives dans certaines villes

Contrairement à San Diego et San Francisco, Los Angeles est à la traîne au niveau de l’émission de licences: les premières autorisations ne seront effectives que dans plusieurs semaines. À ces retards s’ajoutent la mauvaise volonté du gouvernement fédéral qui n’a de son côté toujours par légalisé le cannabis, ainsi que l’administration Trump ouvertement hostile à cette légalisation.

Résultat, la plupart des commerçants et cultivateurs sont toujours dans le flou pour ouvrir des comptes et gérer leurs liquidités.

Le marché noir toujours fructueux

Sur les 6 millions de kilos de cannabis produits chaque année en Californie, 80% sont exportés en dehors de l’État illégalement. Sur les 20% restants à l’intérieur de l’État, seulement 25% ont été vendus de manière légale. Avec la légalisation le marché noir aura toujours de beaux jours devant lui en raison des taxes très importantes à la vente qui pourraient faire monter les prix de 70%.

La Californie est devenue lundi le premier marché mondial régulé du cannabis à usage récréatif. REUTERS/Mario Anzuoni

Un coup de pouce pour le tourisme

Non seulement l’État de Californie va profiter des lourdes taxes appliquées à la vente de cannabis, mais elle peut également compter sur l’explosion du tourisme. En effet les résidents États où le cannabis est toujours interdit s’envolent déjà vers le Golden State afin d’y acheter chocolats, gâteaux et autres produits dérivés fabriqué avec la marijuana. Ainsi le phénomène est comparé à celui de l’œnotourisme dans la vallée de Napa.

Quels sont les effet du cannabis ?

Les effets de la substance active du cannabis, le THC, varient fortement d’un personne à l’autre. Leur durée et leur puissance dépendent de la forme et de la quantité consommées. De manière générale, les effets sont les suivants: euphorie, sensation de flottement et de détente.

Le cannabis en France

Contrairement à la Californie, la consommation de cannabis est interdite en France. La production est également interdite, passible d’une peine de prison allant jusqu’à 20 ans et une amende jusqu’à 7,5 millions d’euros. Si depuis quelques années un mouvement en faveur de la dépénalisation s’accentue, le sujet fait toujours polémique.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo