À Paris, les amendes Airbnb sont en plein boom

À Paris, les amendes Airbnb sont en plein boom

    430
    AirBNB Paris

    Durant les six premiers mois de l’année 2017, les amendes subies par les loueurs d’appartement touristiques sur le site Airbnb se sont multipliées.

    Dans la la capitale, les loueurs de meublés touristiques ont tendance à ne pas respecter la législation en vigueur.

    Ces propriétaires fraudent en ne déclarant pas la location à la mairie de Paris et en dépassant les 120 jours de location autorisés par la loi pour une résidence principale.

    Grâce au travail des contrôleurs municipaux le montant des amendes a été multiplié par 13 en 2017, passant de 45 000 euros à 615 000 euros. À lui seul, le site Airbnb offre 60 000 logements à Paris.

     

    La Direction du logement et de l’Habitat traque Airbnb

    Avec à lui seul 60 000 annonces de logements dans la capitale, Airbnb est dans la ligne de mire des enquêteurs de la Direction du logement. Grâce au site internet, de nombreux propriétaires en profitent pour acheter des studios et T1 en masse afin de les louer aux touristes, le tout sans déclarer aucun revenu au fisc ou à la ville. Airbnb devient ainsi pour eux une véritable machine à cash. 25 agents de la Direction du logement et de l’habitat sont désormais chargés de contrôler les immeubles.

     

    Les annonces illégales ont décuplé à Paris

    Tourist in Paris

    Sur les six premiers mois de 2017, 31 propriétaires ont été condamnés à payer 425 000 euros d’amendes pour location illégale.

    Ce montant n’était que de 200 000 euros pour toute l’année 2016. D’après la Direction du logement, cela n’est pas le nombre de locations illégales qui a changé, mais l’efficacité du contrôle.

     

    « On ne fait pas la chasse aux Parisiens qui louent leur appartement pour mettre du beurre dans les épinards. Ceux qu’on cible, ce sont ces multi propriétaires qui, sciemment, choisissent de transformer des logements en machines à cash. » Ian Brossat, Marie de Paris .

     

    Les réglementations se durcissent

    Depuis 2016, 128 cas de locations illégales ont été traités par la justice française.

    Chaque propriétaire risque une amende de 50 000 euros, montant revu à la hausse en 2016.

    En France, votre logement sera considéré comme résidence principale si vous le louez moins de 120 jours par an.

    Vous n’avez ainsi aucune démarche administrative à effectuer. Mais si vous habitez Paris, Nice, Strasbourg ou Bordeaux, il sera obligatoire de détenir un numéro d’enregistrement pour toute location de court séjour.

    Ce numéro sera obtenu en mairie, et devra obligatoirement figurer sur l’annonce.

    Dans le cas où votre logement dépasse les 120 jours de location, le logement est aux yeux de la loi une résidence secondaire et la déclaration en mairie est obligatoire.

     

    Airbnb dépasse l’offre hôtelière française

    Parisian Housing

    Avec 100 000 annonces et 320 000 places d’hébergement recensées dans les 10 principales villes de France, la start-up Airbnb a réussi le pari de dépasser l’offre hôtelière de l’hexagone et ses 260 000 places d’hébergement.

    Sur le site internet 8 annonces sur 10 proposent de louer un “logement entier” pouvant accueillir 3 personnes.

    C’est 2,7% du parc immobilier total des villes de Lille, Bordeaux, Paris, Montpellier, Nice, Strasbourg, Toulouse, Marseille et Lyon qui sont mis en location sur le marché sur Airbnb.

     

    Paris en perte de logements

    La ville de Paris représente à elle seule 43% des annonces recensées sur Airbnb. Le volume de ces locations a triplé en trois ans au sein de la capitale.

    Airbnb lui a d’ailleurs décerné le titre de « capitale mondiale de la location entre particuliers ».

    Selon le maire adjoint à la Mairie de Paris Ian Brossat, la ville aurait perdu 20 000 logements au profit de logements touristiques, et c’est particulièrement vrai au centre-ville.

    Cela ferait ainsi baisser la population dans certains arrondissements.

    Mais bonne nouvelle, le marché parisien semble avoir atteint la maturité: les annonces n’y ont progressé que de 6% contre 35% dans les 9 autres grandes villes de France.

     

    SANS COMMENTAIRES

    Laissez une réponse