Le coût des catastrophes naturelles à travers le monde

Le coût des catastrophes naturelles à travers le monde

    775
    hurricane-matthew-hits-haiti

    D’après l’’Organisation des Nations Unies, 1,35 million de personnes sont mortes à cause de 7 000 catastrophes naturelles entre 1966 et 2015. Les ouragans, tremblements de terre,  tsunamis et vagues de températures sont la cause d’un bilan matériel et humain déplorables. En France, c’est 20 000 personnes qui sont mortes à la suite de catastrophes naturelles en vingt ans. Sans surprise, il apparaît dans le rapport de l’ONU que 90 % des décès ont été recensés dans des pays pauvres ou en voie de développement. Les tremblements de terre et tsunamis sont les plus meurtriers, suivis de près par les désastres liés au climat qui ont plus que doublé sur la période. En effet, les pays ne sont pas tous égaux face à la nature, et ce sont les régions d’Asie du Sud Est, d’Extrême Orient, des Caraïbes qui cumulent le plus de risques. Le chef du Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes Robert Glasser a annoncé qu’il existait un lien direct entre le nombre de morts, le changement climatique, le revenu ainsi que le niveau de développement. Outre les pertes humaines, ces catastrophes naturelles ont un coût financier : 90 milliards d’euros seulement en 2015.

    La grande victime des catastrophes naturelles : Haïti

    Hurricane Matthew Aftermass

    Le petit pays des caraïbes est le moins bien préparé face aux catastrophes naturelles, qui lui ont fait perdre 229 000 habitants en 20 ans, entre le séisme de 2010, trois ans de sècheresse et l’ouragan Matthew. Haïti devance ainsi l’Indonésie (180 000 morts) et la Birmanie (139 000 morts). Selon le secrétaire général à l’ONU Ban Ki-moon, les pays développés subissent des pertes économiques énormes lors des catastrophes naturelles, tandis que les pays en voie de développement essuient des pertes humaines. En effet, 95 % des pertes humaines sont concentrées dans les pays en développement. Les pays développés disposent aussi de moyens plus importants pour financer des mesures préventives. Pour les économies développées, le coût relatif de catastrophes naturelles est en réalité en train de se réduire, grâce à une meilleure réponse à et la construction d’infrastructures de régulation. Les nations en voie de développement n’ont pas encore accès à ces infrastructures, et sont donc affectées de manière disproportionnelle par les catastrophes naturelles.

    “Je trouve vraiment scandaleux et inacceptable que nous, en dehors de Haïti, ayons pu voir la tempête arriver à la télévision, alors qu’il était impossible de joindre les gens sur place avec des alertes précoces, ou lorsque les alertes précoces étaient envoyées, elles n’ont pas servi en raison du manque de formation de la population”, Robert Glasser, chef du Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes.

     

    Les inondations représentent 40 % du coût total des catastrophes naturelles

    life after Hurricane Matthew

    Les chercheurs ont réussi à calculer le nombre de morts et le coût en dollars de toutes les catastrophes naturelles depuis 1900. Ils estiment qu’au total, le monde a essuyé 7 trillions de dollars de dommages économiques et 8 millions de décès. Cette étude présentée lors de l’Assemblée Générale 2016 de l’« European Geosciences Union » en avril 2016 a analysé 35 000 évènements dans le but d’aider les gouvernements à répondre de manière efficace aux catastrophes naturelles à venir. D’après les résultats, entre 1990 et 20015 la majorité des pertes a été engendrée par les inondations, qui représentent 40 % du total. Mais les tempêtes ont pris le dessus durant les dernières années, en raison de la meilleure gestion des inondations par les gouvernements du monde entier surtout en Chine et au Japon. Le deuxième sur la liste des catastrophes, les tremblements de terre, qui représentent un quart des pertes.

    “L’ironie, c’est que c’est les pays sont ceux qui ont le moins contribué au changement climatique qui sont touches le plus durement en termes de pertes humaines », Robert Glasser, chef du Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes.

    Selon les assureurs, les six premiers mois de 2016 ont coûté très cher

    Le deuxième plus grand assureur européen Swiss Re chiffre le total des dégâts dus aux catastrophes naturelles dans le monde à 85 milliards de dollars en 2015. Plus en détail, les catastrophes naturelles en elles-mêmes ont causé 74 milliards de dollars de pertes tandis que les catastrophes d’origine humaine ont causé 11 milliards de pertes. D’un autre côté, l’assureur évalue le nombre de morts à 26 000, contre 13 000 en 2015. Le chiffre total des dégâts aurait progressé de 38 % au premier semestre de 2016, pour atteindre 71 milliards de dollars. Le bilan humain a heureusement diminué en un an, avec 6000 décès au premier semestre de 2016 contre 12 0000 sur la même période l’année dernière.

     

    SANS COMMENTAIRES

    Laissez une réponse