Macron veut faire de la France la “nation des start-up”

Macron veut faire de la France la “nation des start-up”

    354
    Start Up Nation with Robotics

    Le nouveau président français Emmanuel Macron fait un point d’honneur à ce que la France devienne championne en matière de start-ups, quitte à réformer les lois du travail et l’ISF.

    Lors de sa visite au salon Viva Tech le 15 juin dernier, il a annoncé la création d’un fonds de 10 milliards d’euros visant à aider les petites entreprises à se développer.

    Rappelons qu’en France l’entreprenariat est très compétitif, avec un taux de réussite d’environ 10%.

    Les start-ups ont un fort potentiel de croissance

    France as the start up nation

    les start-ups sont des entreprises jeunes, innovantes, et au fort potentiel de croissance. Mais ce qui les caractérise plus particulièrement, c’est de présenter pour 74% d’entre elles un excédent brut d’exploitation en perte.

    Ces sociétés ont donc besoin d’avoir une stratégie de sortie en béton. Leur financement est donc la plupart du temps basé sur la levée de fonds, puis sur un rachat par une société plus importante ou une entrée en bourse.

    En France, les meilleurs exemples de start-ups à succès sont Free, Meetic ou encore BlaBlaCar.

    “Entrepreneur is the new France”

    D’après Emmanuel Macron, les entrepreneurs français sont aimés à condition de ne pas trop réussir. Quand c’est le cas, on les jalouse, les stigmatise et les taxe au maximum.

    Lors du salon Viva Tech et devant 1500 invités dont des start-ups et le PDG du CAC 40 lui-même, Emmanuel Macron a déclaré que la France devait être un pays où on a envie de réussir.

    Il a promis de stimuler l’innovation grâce à une série de réformes et par la création d’un fonds de dix milliards d’euros.

    Un fonds de dix milliards d’euros sera créé

    great start up friendships

    Le fonds Station F géré par Bpifrance, sera entièrement alloué à l’entreprenariat. Le fonds proposera entre autres un programme d’hébergement pour les créateurs d’entreprises, un restaurant ouvert 24h/24 et un laboratoire d’impression 3D.

    Trois grands axes stratégiques seront mis en avant: l’investissement dans les initiatives locales, la démultiplication de la dynamique de l’industrie du futur, et le développement des solutions innovantes qui contribuent à la transformation numérique, énergétique, démographique et environnementale de la société.

    Création d’un titre de séjour français de 4 ans

    Lors du salon Viva Tech, Emmanuel Macron a annoncé l’entrée en vigueur d’un titre de séjour consacré aux entrepreneurs, le «French Tech visa».

    Il permet aux créateurs de start-ups et à leurs salariés de résider en France pendant quatre ans, et ce peu importe leur pays d’origine.

    Le but est ici de convaincre les talents expatriés à l’étranger de revenir sur le territoire et d’y investir.

    Les talents ne doivent plus quitter le pays

    7 stock tips for investment success

    L’ensemble de ces mesures s’insèrent dans un plan global qui vise à attirer les investissements vers les start-up françaises.

    Aujourd’hui, les épargnants se dirigent principalement vers les obligations d’État et les placements sans risque.

    Mais ces derniers ont le désavantage de ne pas financer l’économie.

    Ainsi, Emmanuel Macron a annoncé une série de mesures qui visent à encourager l’investissement dans l’économie réelle, et non pas dans la pierre et l’épargne traditionnelle.

    “La France est en train devenir la nation des start-ups. Il ne faut plus que les start-ups quittent le pays quand il s’agit de se développer. Je veux libérer les contraintes et créer les protections qui vont avec ce monde.”, Emmanuel Macron

    L’administration doit être réformée

    Emmanuel Macron a annoncé toute une série de mesures pour encourager l’investissement dans l’économie réelle, par opposition à la pierre. Afin de faciliter la vie des entrepreneurs, le code du travail et l’Impôt sur la fortune devront être réformés.

    L’impôt sur les sociétés rejoindra la norme européenne et sera baissé de 33,3% à 25%. En ce qui concerne le capital, un prélèvement forfaitaire de 30% sera mis en place.

    Enfin, l’ensemble des procédures administratives pourront être réalisées en ligne à la fin du quinquennat de Macron en 2022.

    SANS COMMENTAIRES

    Laissez une réponse