Et si Trump était-élu président des États-Unis ?

Et si Trump était-élu président des États-Unis ?

    701
    Trump - Clinton elections

    Donald Trump président ? Il y a quelques mois, cela n’était rien de plus qu’une idée farfelue, un évènement impensable. Au risque d’être dramatiques, nous pouvons dire que l’élection présidentielle américaine de 2016 est la plus folle de toute l’histoire, et pour cause : cette fois les électeurs doivent faire un choix qui va au-delà du dilemme classique, à savoir libéral ou conservateur. En novembre, ils devront choisir entre une ancienne Première Dame, secrétaire d’État, Sénateur, et un homme d’affaires star de télé réalité qui a mené plus de six sociétés à la banqueroute lors de sa carrière. Le programme de Trump serait selon les économistes, « au mieux irréaliste », et coûterait près de 15 mille milliards de dollars sur 10 ans au gouvernement américain, ce qui ferait passer la dette publique de 86 % à 140 %. Plus en détail, quelles seraient les implications d’un Trump président ? Nous avons étudié pour vous les grandes lignes de son programme politique.

     

    Le sujet brûlant de cette campagne, l’immigration

    Les propos de Trump quant à l’immigration sont radicaux, et peuvent être résumés en une déclaration : « Il y a des gens qui entrent, et je ne parle pas que des mexicains, il y a des gens qui viennent de partout, qui sont des tueurs et des violeurs, et ils viennent dans ce pays ». Le principal projet de Trump, c’est la construction d’un mur le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, à grands renforts de centaines de millions de dollars. Clinton est plus mesurée sur ce sujet, et prône une réforme du système d’immigration afin de mettre en place l’attribution de droits de nationalité pleins et égalitaires pour les immigrants. Pourquoi ce sujet est-il important ? Trump affirme qu’aider les immigrants, c’est penser d’abord aux intérêts d’autres pays avant son propre pays, alors que Clinton veut récompenser les personnes qui croient en le rêve américain et travaillent dur pour l’atteindre.

     

    Le port d’armes, un droit inscrit dans la constitution

    Dans la campagne de Trump, le second amendement est présenté comme inébranlable, il constitue un droit inaliénable afin de protéger ses droits et assurer sa propre sécurité. D’un autre côté Clinton promet de revoir certaines lois : étendre la vérification des antécédents pour l’attribution d’armes, combler les failles de l’acquisition d’armes en ligne et éloigner autant que possible les armes de personnes violentes et criminels notoires. Pourquoi est-ce important ? 33 000 américains décèdent de mort violente chaque année suite à une attaque par coups de feu. Cela signifie que des millions de personnes sont personnellement affectée par la violence par arme à feu. Souhaitez-vous vivre dans un monde où chaque personne que vous croisez est susceptible de transporter une arme à feu ? C’est peu probable.

     

    Donald Trump, une catastrophe pour la communauté LGBT

    Trump a été un fervent opposant au mariage homosexuel, et a même promis de nominer des Juges de la Cour Suprême qui annuleraient Obergefell vs. Hodges, le symbole du mariage gay aux États-Unis. Il a également affiché son soutien envers la loi de Caroline du nord qui a banni les administrations locales de promulguer des lois en faveur de la communauté LGBT. Clinton est sans surprise supportrice de l’Equality Act, et souhaite marcher dans les traces du Président Obama dans ce domaine, pour mettre à terme les pratiques discriminatoires telles que la « thérapie de conversion » ainsi que la politique d’identité transgenre. Pourquoi est-ce important ? Les États-Unis ont fait d’énormes progrès en ce qui concerne les droits de la communauté LGBT, et revenir en arrière maintenant signifierait retirer les droits de ces personnes.

     

    Manifestation aux USA

    Droits des femmes et santé : Trump souhaite interdire l’avortement

    Trump souhaite mettre fin à l’Affordable Care Act (ACA), aussi connu sous le nom d’Obamacare, qui serait trop coûteuse et ne profiterait pas à la majorité des américains. Notons que l’Obama Care prend en charge les pilules contraceptives à 100 %, ainsi une révision du système de santé pourrait signer la fin de la contraception féminine gratuite. Mais le cœur du problème, c’est bien sur les positions de Trump sur l’avortement. Il aurait déclaré vouloir supprimer les plannings familiaux, et que les femmes souhaitant effectuer des avortements seraient « punies d’une manière ou d’une autre ». Pour Clinton, les droits des femmes ont toujours été une priorité. Elle soutient ouvertement le maintien du planning familial, ainsi que la subvention des pilules contraceptives féminines. Bien évidemment, Clinton est pour le maintien des droits des femmes en ce qui concerne leur santé et l’avortement.

     

    Trump va probablement supprimer le salaire minimum

    Les intentions de Trump quant au salaire minimum sont loin d’être claires, ce qui signifie qu’il est en faveur de son abolition. D’après le Washington post, il a déclaré que les salaires américains étaient trop élevés, et qu’avoir un salaire minimum plus bas ne serait pas mauvais pour le pays. Quand on en vient à l’égalité des salaires, Trump a déclaré que les femmes doivent simplement travailler aussi dur que les hommes si elles souhaitent être rémunérées de la même manière qu’eux. Ca a le mérite d’être clair. À l’inverse, augmenter le salaire minimum est au centre du plan économique de Clinton. Elle soutient l’instauration d’un taux horaire minimum de 12 dollars, qui pourrait affecter pas moins de 35 millions de travailleurs américains, dont les deux tiers sont des femmes. Le congé maternité payé serait obligatoire, afin d’éviter aux femmes d’avoir à choisir entre leur carrière et leur famille.

     

    Sur la politique internationale, Trump ne prend pas de pincettes

    En cas de victoire de Trump, l’État islamique en Irak sera pilonné jusqu’à ce qu’il soit privé de revenus. Les États-Unis refuseront bien sûr de recueillir des refugiés syriens (ou tout musulman de manière générale), mais proposeront une zone de sécurité pour les civils à l’intérieur de la Syrie, le tout financé par Washington. La prison de Guantanamo ne serait pas fermée, et on y enverrait au contraire plus de prisonnier. En ce qui concerne le commerce, Trump estime que les États-Unis se font exploiter par leurs partenaires commerciaux, et en particulier par la Chine.

    SANS COMMENTAIRES

    Laissez une réponse