Fuchsia serait le nouveau système d’exploitation Google

Fuchsia serait le nouveau système d’exploitation Google

    367

    « Rose + Violet = Fuchsia ». Voici la formule énigmatique aperçue sur les sites internet spécialisés dans les ressources pour développeurs, et qui affole le réseau depuis deux semaines. Après Android, Chrome OS, et Chromecast, Google préparerait un nouveau système d’exploitation, Fuchsia. Si tous les systèmes de Google ont pour point commun de fonctionner sous Linux, celui-ci devrait faire exception à la règle, et pour cause : Linux n’est pas adapté à toutes les situations, ce qui peut affecter la performance d’appareils intégrés tels que les GPS. Totalement open source, le projet Fuchsia peut être visualisé sur les plateformes de partage GitHub et Google Git où son code est entièrement disponible. La grande inconnue, c’est pour le moment la finalité de ce projet. Comme à son habitude, Google maintient le mystère et a simplement déclaré que Fuchsia serait destiné aux “téléphones et ordinateurs personnels modernes”.

     

    Un projet Open Source dévoilé sur des sites pour développeurs

    Comme toujours, Google se fait désirer et aucune information concrète n’a été dévoilée. Le projet a été aperçu pour la première fois le 12 août dernier sur les plateformes de partage pour développeurs AndroidPolice, GitHub et Google Git, où son code a été partagé. Ce qu’on sait avec certitude, c’est que Fuchsia est un projet Open Source, c’est-à-dire que n’importe qui peut avoir accès aux instructions de programmation sous-jacentes et les modifier. S’il reste difficile de vendre des logiciels open source, il reste cependant possible d’attirer les développeurs tiers pour qu’ils contribuent au projet, et l’améliorent en conséquence.

     

    La finalité de Fuchsia reste pour le moment un grand mystère

    Fuchsia alimente les débats sur de nombreux forums de discussion en ligne. En ce qui concerne le pedigree des membres du projet, on retrouve certaines têtes connues du monde des systèmes d’exploitation, comme Travis Geiselbrech et Brian Swetland, qui ont tous deux travaillé sur BeOS, un célèbre système d’exploitation aujourd’hui disparu. Pour le moment, tout porte à croire que le projet pourrait être dédié aux objets connectés et systèmes embarqués, un marché niche très prometteur. Selon certains, il est également possible que Chrome OS et Android fusionnent pour donner naissance à Fuchsia, qui aura alors le rôle d’unificateur. Ainsi le nouveau système d’exploitation de Google ne serait pas destiné aux smartphones ou tablettes qui fonctionnent déjà sous Android, mais aux objets connectés.

     

     « C’est un énorme marché en perspective (…) Si ce système d’exploitation finit par sortir et s’il est adopté, il pourrait devenir le système d’exploitation par défaut de millions ou même de milliards d’appareils petits et grands». Dan Olds, cabinet OrionX

     

    Une multiplateforme développée par Microsoft

    À l’instar de Windows 10, Fuchsia pourrait être développé et proposé par Microsoft, ce qui permettrait à Google de proposer un système qui s’adapte à de nombreux appareils, des smartphones aux tablettes et ordinateurs en passant par les hybrides, jusqu’aux montres et autres objets connectés. Le nouvel OS pourrait également venir remplacer Chrome OS qui est actuellement utilisé sur les ordinateurs portables de Microsoft. Il faut cependant garder en mémoire que ces informations n’ont en aucun cas été confirmées par la firme de Mountain View, et sont donc purement spéculatives.

     

    Code d'exploitation Fuchsia
    Code d’exploitation Fuchsia

    Fuchsia ne sera pas basé sur le noyau Linux

    Fuchsia tournera le dos au noyau Linux et sera basé sur Magenta, plus adapté aux plateformes Internet of Things (IoT). Ce noyau, aussi appelé kernel ou cœur, est prévu pour fonctionner de manière embarquée sur des appareils mobiles, portables et fixes grâce au langage de programmation Dart. L’IoT est depuis longtemps considéré par Google comme une source de revenus potentiels faramineux.

     

    “Les utilisateurs ne veulent pas réellement exécuter des systèmes d’exploitation. Ils veulent lancer des apps” Michael Silvern analyste chez Gartner.

     

    Difficile de lancer un nouveau système d’exploitation grand-public

    Google est l’une des rares sociétés à posséder une puissance de frappe suffisante pour lancer un nouveau système d’exploitation sur le marché. Si les consommateurs sont satisfaits de Windows, Android et iOS, il reste toujours de la place pour l’innovation et un nouveau système pourrait rimer avec sécurité, réactivité et meilleure durée de vie de la batterie. Ce type de projet est néanmoins confronté à de nombreux obstacles : concevoir un système d’exploitation est une tâche ardue, en particulier lorsque la gamme d’appareils équipés est étendue. Il faut également convaincre les développeurs de programmer des applications pour ce système, ce qui fut un échec pour Windows Phone ou Firefox OS. Sans assez d’utilisateurs, les développeurs sont frileux et rechignent à créer des applications. De la même manière, sans un nombre suffisant d’applications, les consommateurs se désintéressent rapidement d’un système d’exploitation.

    SANS COMMENTAIRES

    Laissez une réponse