Le président turc Erdogan, ennemi de la liberté d’expression

Le président turc Erdogan, ennemi de la liberté d’expression

    402
    Turkey's Freedom of Expression gone

    Désormais, les internautes turcs essayant de consulter le site en ligne de Wikipedia reçoivent un message d’erreur. D’après les autorités en charge des technologies de l’information et de la communication, Ankara a bloqué l’accès au site internet.

    La législation du pays autorise le gouvernement à bloquer les sites en ligne dans le cas où leur contenu est jugé obscène ou s’ils représentent une menace pour la sécurité nationale. Cette décision a été soumise à un tribunal qui jugera si elle doit être maintenue ou non.

    Les groupes de défense des droits s’indignent devant cette mesure, considérée comme une atteinte directe à la liberté d’expression, valeur fondamentale de la démocratie. Cela n’est pas la première fois que ce genre de chose se produit, Ankara avait déjà été accusée de bloquer certains sites internet après des évènements majeurs.

     

    Un référendum contesté par la scène internationale

    Wiki Ban in Turkey

    À la suite du référendum renforçant davantage les pouvoirs du président Erdogan, les États-Unis ont appelé la Turquie à respecter l’opposition ainsi que la liberté d’expression, droit fondamental.

    Selon l’OSCE et le Conseil de l’Europe, ce référendum se serait déroulé de manière inéquitable, les deux campagnes ne bénéficiant pas des mêmes opportunités Ainsi, beaucoup d’inquiètent au sujet du respect de tous les citoyens et ce quelles que soient leurs opinions politiques.

    Le résultat du référendum contesté et très serré (remporté de justesse à 54,4 %) pourrait Erdogan à abuser de son pouvoir et faire surgir des tensions.

     

    “Après une analyse technique et une évaluation juridique basée sur la loi 5651, une mesure administrative a été prise pour le site internet wikipedia.org”, Autorité des technologies de communication et d’information (BTK).

     

    Wikipedia accusée de collaborer avec les terroristes

    À en croire l’agence de presse Anadolu, les autorités turques auraient décidé de bloquer l’accès au site internet après que ce dernier ait refusé de retirer des articles qui mettraient en avant des groupes extrémistes.

    Selon l’agence, ce blocage serait levé dès le retrait des articles en question. Si aucune organisation terroriste n’a été mentionnée, il faut noter que la Turquie réagit toujours de manière exacerbée devant ce qu’elle décrit comme de la « propagande terroriste ».

     

    “L’accès à l’information est un droit fondamental. Peuple turc, je serai toujours à vos côtés pour défendre ce droit”, Jimmy Wales, fondateur de Wikipédia

     

    Facebook et Twitter bloqués à plusieurs reprises

    Dans le passé et à l’occasion de manifestations contre le pouvoir ou d’attentats terroristes, les autorités turques ont bloqué l’accès à des réseaux sociaux tels que Twitter ou Facebook. En 2016, le Premier ministre turc Binali Yildirim  avait d’ailleurs annoncé que de telles mesures étaient prises de temps en temps pour des raisons de sécurité.

    Il a ajouté qu’elles n’étaient que temporaires et que tout revenait à la normale dès le danger passé. Selon de nombreux internautes, Ankara a bloqué Wikipedia afin d’éviter les critiques défavorables concernant le président Recep Tayyip Erdogan sur sa page personnelle à la suite du référendum du 16 avril.

     

    Un blocage justifié par la loi 5651

    Erdogan and Wiki Ban

    La fameuse loi 5651 invoquée par le gouvernement donne de pouvoirs importants à la BTK en ce qui concerne la régulation d’internet. Cependant, elle est vivement critiquée par les défenseurs de la liberté d’expression.

    Si les articles ont été accusés de lier Ankara et des organisations terroristes, des militants kurdes accusent le régime de collaborer avec djihadistes en Syrie. Cette allégation est rejetée en bloc par le gouvernement turc, qui continue cependant à bloquer les sites internet qui le contredisent.

     

    5 mai 2017 : la justice turque refuse de lever le blocage

    D’après l’agence de presse pro gouvernement Anadolu, la justice a rejeté vendredi dernier la demande de fin du blocage du site internet. Wikipédia avait déposé le mardi 2 mai un recours devant les tribunaux, en dénonçant la violation de la liberté d’expression par Ankara. \

    Mais le tribunal est resté impassible, arguant que la liberté d’expression était un droit pouvant être limité si nécessaire. Il a ajouté que l’état d’urgence mise en place en Turquie depuis le putsch de juillet 2016 rendait une telle disposition nécessaire.

     

    SANS COMMENTAIRES

    Laissez une réponse