Macron attaque en justice un photographe de presse

Macron attaque en justice un photographe de presse

    1190
    is Macron dictating what should be in France

    Le 25 août dernier, l’Elysée annonçait que le Président de la République portait plainte contre un photographe de presse pour « harcèlement » et « tentative d’atteinte à la vie privée ».

    Les faits se sont déroulés à Marseille, alors qu’Emmanuel et Brigitte Macron étaient en vacances.

    Les politiques ont l’habitude de faire la une de la presse people, et c’est particulièrement vrai pour le couple qui se met en scène depuis la campagne présidentielle.

    Pourquoi une telle attitude face à la presse ?

     

    Le photographe crie à l’intimidation

    Interrogé par VSD après les faits, le photographe a dénoncé les méthodes illégales et expéditives du service de sécurité du Président.

    “Ils ont fouillé tout mon matériel, mes sacs. J’ai dû retirer mes lacets de chaussure, ma montre… J’ai été traité comme un criminel.”

    Placé en garde à vue pendant six heures, il raconte que ses cartes mémoire ont été fouillées, ce qui est tout à fait illégal.

    Lors de son arrestation, il n’aurait pris aucune photo et son matériel se trouvait dans son véhicule.

    Le photographe a assuré ne jamais s’être introduit dans la propriété du couple, et que son arrestation s’est faite sur la voie publique.

     

    La version de l’Elysée diffère

    Macron and Brigitte on holiday

     

    D’après l’Elysée, le photographe aurait dépassé les limites en suivant le Président à moto à plusieurs reprises.

    Malgré les demandes répétées du service de sécurité du Président, il aurait persisté en le suivant à moto.

    Emmanuel Macron a également affirmé reconnaître le photographe à plusieurs reprises lors de ces sorties.

     

    Emmanuel Macron va plus loin que ses prédécesseurs

    C’est la première fois qu’un Président de la République poursuit un photographe en justice pour harcèlement.

    Il va ainsi plus loin que Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac qui s’étaient contenté de porter plainte pour atteinte à la vie privée.

    De son côté, François Hollande n’avait pas porté plainte du tout lorsque le magazine Closer avait publié des photos sur son couple avec Valérie Trierweiler.

     

    Il veut décider de ce qui est publié

    Pour Emmanuel Macron, poser avec les salariés d’un chantier naval ou avec les joueurs de l’OM ne pose pas problème, tant qu’il décide de ce qui sera publié ou non.

    Celui qui semblait apprécier la présence des photographes lors de sa campagne se montre soudain sur la défensive en portant plainte contre l’un d’entre eux.

    Mais rien n’est laissé au hasard, même en vacances.

    Emmanuel Macron ne veut pas apparaître trop déconnecté comme l’était Sarkozy, mais ne souhaite pas non plus avoir l’air trop accessible.

     

    La neutralité d’un Président est nécessaire

    En portant plainte contre un photographe, le Président de la République donne l’impression de porter atteinte à la liberté de la presse, ce qui est désastreux pour son image.

    Cela le prive des fausses paparazzades, qui donnent un supplément d’âme aux présidents et qui sont essentielles à leur communication.

     

    Une attitude paradoxale face à la presse

    Macron & Brigitte

    Avec cette plainte, le Président de la République revendique qu’il est prêt à sanctionner quiconque vient troubler sa tranquillité.

    Dans l’absolu, cette revendication est tout à fait compréhensible.

    Mais n’oublions pas qu’il y a quelques mois le candidat Macron se mettait en scène avec sa femme, et ce même dans un cadre privé.

    Le couple présidentiel fait même appel à sa propre agence de paparazzi spécialisée, Bestimage.

    Paris Match lui a consacré cinq de ses unes entre avril 2016 et mai 2017.

     

    Quelle est l’identité du paparazzi poursuivi ?

    Le magazine l’Express a dévoilé l’identité du photographe visé par la plainte présidentielle: il s’agit de Thibaut Daliphard, directeur de l’agence E-Press.

    Il s’était déjà fait remarquer en 2014 avec une photographie de François Hollande pendant ses vacances.

    Le chef d’État était alors en une de Voici, le visage luisant de crème solaire.

    Mais Thibaut Daliphard ne fait pas que dans le politique, c’est aussi un habitué du Festival de Cannes.

    Depuis l’affaire Macron, le photographe de 29 ans aurait déjà rejoint Saint Tropez où il suit de nombreuses célébrités en vacances.

     

    SANS COMMENTAIRES

    Laissez une réponse