Il s’agit sans aucun doute du chantier le plus ambitieux d’Emmanuel Macron, voire de la décennie. Le 21 novembre dernier, le gouvernement français a entamé une série de consultations sur la réforme des retraites tant promise. Le Haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye va recevoir l’ensemble des organisations syndicales et patronales pour une prise de contact officielle.

Pour rappel, Macron avait promis durant sa campagne le remplacement de la trentaine de régimes de retraite existants par un système universel.

Quels seront les changements ?

Le projet de Macron est de remplacer la trentaine de régimes de retraites existants par un système universel par répartition. Ainsi, un euro cotisé garantira à tous les mêmes droits à la pension, et ce quelque soit le statut professionnel de la personne (fonctionnaires, salarié du privé ou indépendant). Du côté des choses qui ne changent pas, l’âge légal de la retraite devrait rester à 62 ans.

Comment ça fonctionne ?

Si vous êtes salarié, vos cotisations sont transformés en points de retraite, à leur tour reportés chaque année sur votre compte individuel de retraite. Au moment de votre départ à la retraite, le nombre de points dont vous disposez est multiplié par la valeur du point.

La seule chose qui est garantie dans ce régime, c’est le nombre de points. Quant à la valeur du point, non seulement elle n’est jamais garantie, mais elle pourrait même baisser. En revanche, depuis la création du régime, la valeur n’a jamais baissé. Ainsi, un salarié peut toujours se faire une bonne idée de sa retraite future.

Projet très sensible pour l’opinion publique

Chez les syndiqués qui ont encore en mémoire les manifestations massives de la réforme des retraites de 2010, ce chantier explosif est extrêmement mobilisateur. Un haut responsable syndical a même récemment annoncé à l’AFP pour appeler à une action unie de toutes les organisations de salariés.

En septembre dernier la simple évocation de la suppression du régime spécial des cheminots avait provoqué un tollé, et les dirigeants de la CGT eux-mêmes sont montés au créneau.

Le contexte financier de la France a changé

Durant sa campagne présidentielle, Emmanuel macron a affirmé que le problème des retraites n’était plus un problème financier. Malheureusement, ce contexte sera moins favorable qu’espéré : les projections démographiques de l’Insee révisées en novembre 2016 montrent que l’allongement de l’espérance de vie des hommes, ainsi que la baisse du solde migratoire sont susceptibles d’atteindre le système en déficit pour une durée plus longue que prévue. Ainsi, l’équilibre financier ne devrait être retrouvé qu’entre les années 2020 et 2040 !

80% des salariés du privé favorables à la réforme

D’après une enquête réalisée par BNP Paribas, 80% des salariés ainsi que 60% des décideurs verraient ce nouveau système de retraite basé sur les points d’un très bon oeil. En outre, 60% d’entre eux déclarent vouloir partir à la retraite plus tard que prévu, afin de privilégier  leur qualité de vie, tandis que très peu d’entre eux envisagent de voir le montant de leur pension diminuer.

Cela permettrait selon les spécialistes de favoriser la mobilité des salariés, le changement d’activité étant sans effets sur leurs droits à la retraite.

Est-ce la fin des régimes spéciaux ?

Avec la réforme, la trentaine de régimes spéciaux existant en France serait enterrée et remplacée par un système universel. On parle ici des cheminots, fonctionnaires, indépendants, etc. Ainsi, les avantages de ces statuts spéciaux, tels qu’un calcul plus favorable et un départ anticipé, disparaîtraient progressivement. Ce point est le plus susceptible de mettre le feu aux poudres.

Comment optimiser sa retraite dès aujourd’hui ?

Si personne pour le moment ne sait ce que cette réforme va donner, il est possible d’optimiser sa retraite dès à présent. De plus, la réforme ne concerne pas ceux qui prendront leur retraite prochainement mais les plus jeunes.

Renseignez-vous sur tous les trimestres de cotisations auxquels vous avez eu droit : il vous sera possible de racheter des trimestre et d’augmenter votre pension. Mais cela a un prix, et cela coûte cher. Reste à savoir si le rendement de ce rachat est intéressant.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo