Jeudi 8 juin et contre toute attente, Theresa May a perdu la majorité absolue au Parlement britannique.

Lorsqu’elle a annoncé les élections législatives anticipées il y a quelques semaines, les spécialistes prédisaient pourtant une victoire écrasante des conservateurs.

Cela n pas empêché May de perdre gros. Si la Première ministre désavouée est toujours autorisée à former un nouveau gouvernement, le parti conservateur est considérablement affaibli et les négociations autour du Brexit vont en pâtir. Enquête.

Theresa May, la grande perdante des élections

UK elections are over

 

Celle qui avait promis un « Brexit dur » a perdu toute marge de manœuvre. Après les élections, Theresa May se trouve sur un siège éjectable.

Même si le parti conservateur sort gagnant des élections, la majorité absolue a été perdue. Pour rappel, cette majorité avait permis à son prédécesseur David Cameron de gouverner dans un contexte de stabilité. Mais May semble s’être tiré une balle dans le pied, alors que rien ne l’obligeait à demander des élections anticipées.

Pour les électeurs, elle n’a été à aucun moment un leader naturel : refus  des duels de campagne, mise à dos des personnes âgées, sans compter ses petites phrases assassines telles que “Brexit means Brexit” ou “Enough is enough” après les attentats.

Le « Brexit » sera plus difficile pour le Royaume-Uni

Ces élections vont avoir des répercussions sur la dynamique du Brexit, dont les négociations doivent débuter le 19 juin prochain.

En effet, sans la majorité absolue du parti conservateur il sera difficile de négocier un « Brexit dur » avec l’UE. Theresa May avait pour objectif de mettre en avant ses résultats électoraux dans le cadre des négociations, en particulier sur les questions financières.

On pense notamment à la facture de 100 milliards d’euros qui doit être payée par le Royaume—Uni. Dans tous les cas, l’incertitude du paysage politique met le futur gouvernement dans une position de faiblesse. Il faut prévoir un Brexit plus soft pour le pays.

Brexit and Theresa May

L’indépendance s’éloigne pour l’Écosse

En plus d’avoir perdu la majorité absolue, May a enlevé aux Indépendantistes Ecossais du SNP leur position avantageuse au sein de l’Assemblée.

Plus en détail, le SNP a obtenu 35 des 59 sièges du Parlement de Westminster alloués à l’Écosse, versus 56 en 2015. Le parti de Nicola Sturgeon a essuyé de lourdes pertes face aux Travaillistes et Conservateurs, ce qui éloigne la possibilité d’un second référendum d’indépendance.

Jeremy Corbyn, le vainqueur surprise

Même si le parti travailliste de Jeremy Corbyn arrive deuxième, les 261 sièges remportés suffisent à en faire le grand vainqueur de ces élections.

Ce score va certainement entraîner une période de turbulences dans le pays, alors que l’opinion publique fustigeait Corbyn. Tout comme a pu le faire Bernie Sanders durant les élections américaines, il a su convaincre les électeurs en ramenant les thématiques sociales au cœur de sa campagne.

Les jeunes et les laissés pour compte de l’économie britannique ont été séduits par cette personnalité pugnace et implacable face à la classe dirigeante du Parti travailliste.

Jeremy Corbyn in the UK elections

Theresa May appelée à démissionner

La Première ministre essuie des critiques de tous les côtés, et ce même dans son propre camp. Selon beaucoup, sa campagne a été ratée depuis le début.

Si le Brexit n’est aucunement remis en compte, le calendrier pourrait l’être. May va tenter prochainement de former un nouveau gouvernement, ce qui est susceptible de retarder les discussions avec Bruxelles.

Sa présence est même remise en question, alors que certains évoquent une fin de sa carrière politique et que Jeremy Corbyn demande sa démission.

Affaiblissent de court terme pour la livre Sterling

Sans surprise, le résultat des élections augmente l’incertitude en matière d’investissement, ce qui va se ressentir sur le marché des devises à court terme.

La livre sterling a perdu 2 % après les résultats, scénario confirmé par l’analyse technique. Les actions britanniques devraient rester insensibles à cette baisse, alors que les valeurs exportatrices ont largement profité de la dépréciation de la devise.

Depuis un an, les produits exportés par le pays affichent des ventes très peu sensibles à la variation des prix.

contact us btn icon

Passez à l'étape supérieure avec Alvexo Donnez nous la possibilité de vous contacter.

Ravi de vous rencontrer! Utilisez au moins 3 caractères
C'est bon! Quelque chose ne colle pas. Veuillez réessayer
x

On se connait déjà! Connectez-vous ou récupérez votre mot de passe

Êtes-vous sûr? Veuillez réessayer s’il vous plaît
+ -
A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo