L’Union européenne vient d’élire ses nouveaux leaders. Après l’élection d’Ursula Von der Leyen à la tête de la Commission européenne et Christine Lagarde à la tête de la Banque centrale européenne, David Sassoli a été élu Président du Parlement européen. 

David Sassoli, ancien présentateur de télévision, s’est lancé en politique en 2009. Son élection est perçue par les experts comme un signal aux eurosceptiques dont la popularité grandissante inquiète les députés du Parlement européen. 

Après le départ de Mario Draghi, qui présidait la Banque centrale européenne, et de Federica Mogherini qui était chef de la diplomatie, l’élection de l’ancien journaliste à la tête du Parlement européen permet à l’Italie de garder une influence diplomatique majeure en Europe.

Un ancien journaliste devenu politicien

Présentateur star en Italie, le natif de Rome commence sa carrière en l’an 2000 lorsqu’il est parrainé par le Maire de Rome, Walter Veltroni et collabore à la création du Parti démocrate en 2007.

En 2009, David Sassoli décide de quitter sa carrière de journaliste. A 63 ans, il devient le candidat du parti social-démocrate en Italie, deuxième plus grand parti politique.

Il succède alors à un proche de Silvio Berlusconi, Antonio Tajani. David Sassoli devient un eurodéputé sous les couleurs du centre gauche. “Il est nommé pour un demi-mandat, à savoir deux ans et demi – l’autre moitié étant réservée, en principe, aux chrétiens-démocrates du PPE”, précise France Info.

Une majorité absolue

Le 3 juillet, David Sassoli a été élu président du Parlement européen pour un mandat de deux ans et demi. L’ancien journaliste a remporté une victoire avec 345 voix au second mandat sur 667 votants, soit la majorité absolue par bulletin secret au Parlement de Strasbourg.

Juste avant le vote, il avait promis un Parlement “moderne, plus transparent, éco-durable, accessible aux citoyens”.

A lire sur Alvexo: “Le SCAF: esquisse d’une armée franco-allemande”

Une parité presque atteinte

Enfin, bonne nouvelle de ces élections européennes : le taux de femmes élues euro-députées a atteint un taux historique de 40%, une première en 40 ans. La parité a d’ailleurs été récemment inscrite dans les lois d’une dizaine de pays de l’UE sur 28 pays.

La Belgique, la Croatie, l’Espagne la France, la Grèce, l’Italie, la Pologne, le Portugal, le Luxembourg et la Slovénie ont implanté des quotas pour les femmes candidates. Comme le précise Le Monde : “en Roumanie, les listes à 100 % masculine sont interdites”.

Pour autant, les femmes sont encore sous-représentées dans les postes à haute responsabilité. Alors que près de 60% du personnel du Parlement, seuls 36% des chefs d’unités et 30% des postes de direction sont occupés par des femmes.

 

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo