Il s’agit d’un revirement historique pour la Corée du Nord: le dirigeant Kim Jong Un a annoncé la fermeture du site d’essai atomique du pays dès le mois de mai. Depuis 2017, le pays reclus subit une pression intense en raison de sa réclusion, qui pousse Kim Jong Un à multiplier les gestes d’apaisement.

Après avoir participé aux Jeux Olympiques d’Hiver en Corée du Sud et avoir aligné son fuseau horaire avec celui de son voisin, il annonce renoncer au nucléaire au mois de mai. Mais attention, si la communauté internationale salue cette décision, il semble que la dénucléarisation ne soit pas acquise pour autant.

Kim Jong Un promet une dénucléarisation en mai

Lors du sommet entre la Corée du Nord et la Corée du Sud qui s’est tenu le 27 avril dernier, le Président de la Corée du Sud Moon Jae-in a proposé à Kim Jong Un de fermer le site d’essais nucléaires de Punggye-ri dès le mois de mai. À la surprise générale, ce dernier a accepté, pour ensuite inviter des observateurs étrangers à venir constaté la réalité de cette décision.

Rien n’était gagné d’avance: pendant des années Kim Jong Un avait martelé qu’il ne renoncerait jamais à l’arme atomique, selon lui indispensable pour se protéger contre une invasion des États-Unis. Depuis 1992, la République populaire démocratique de Corée (RPDC) avait déjà promis plusieurs fois une dénucléarisation totale, en échange de deux choses: première condition, le retrait des troupes américaines basées en Corée du Sud, et deuxième condition la sortie de la Corée du Sud et du Japon du parapluie nucléaire américain.

D’après le spécialiste de la Corée du Nord Antoine Bondaz qui s’est exprimé au micro de Franceinfo, Kim Jong Un n’a jamais annoncé la fin du programme nucléaire; mais plutôt un gel des essais. Il ajoute que trois raisons expliquent les changements stratégiques du pays: la main tendue par la Corée du Sud en 2017 lors de l’arrivée du président Moon Jae-in, le désir de développement économique du pays, et enfin la pression des États-Unis sur le pays reclus au maximum.

La Corée du Nord multiplie les gestes d’apaisement

Depuis la participation des deux Corées aux Jeux olympiques d’hiver en début d’année, les propos de Pyongyang semblent s’adoucir et ses positions fléchir. Bien que cette promesse ne garantisse rien, elle représente pour les américains un gage de la bonne volonté de la Corée du Nord pour se dénucléariser.

Interrogé par ABC après sa rencontre avec Kim Jong-un à Pyongyang au mois d’avril, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo avait déclaré que cette décision était perçue comme une “vraie opportunité” de réconcilier les États-Unis et la Corée du Nord.

Autres geste symbolique, la Corée du Nord a décidé d’aligner son fuseau horaire avec celui de la Corée du Sud le 5 mai prochain. Selon Pyongyang il s’agit d’un “premier pas pratique en vue de la réconciliation nationale et de l’unité”, Kim Jong-un ayant même ajouté avoir ressentir un « déchirement douloureux » en voyant les deux horloges différentes de Pyongyang et de Séoul lors de sa rencontre avec le président sud-coréen. Le fuseau horaire nord-coréen avait été modifié en 2015 à l’occasion du soixante-dixième anniversaire de la libération du pays envers le Japon.

Le nucléaire Nord coréen en 9 dates

1994 – Trois mois après le décès de Kim Jong Il, la Corée du Nord signe un accord bilatéral avec les États-Unis qui l’oblige à démanteler l’ensemble de son programme nucléaire militaire. En échange, des réacteurs civils furent construits.

2002 – Pyongyang est accusée de poursuivre un programme nucléaire secret dans le but d’obtenir de l’uranium enrichi. Les inspecteurs américains de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sont expulsés du pays, et la Corée du nord se retire du TNP, le Traité de non-prolifération nucléaire.

2006 – Pyongyang effectue son premier essai nucléaire.

2007 – En échange de plusieurs millions de tonnes de carburant ainsi que de son retrait de la liste des pays définis comme terroristes par Washington, Pyongyang accepte de démanteler son programme nucléaire et d’accueillir des inspecteurs de l’AIEA

2009 – Pyongyang se retire des négociations à six entamées en 2003 et remet en route son programme nucléaire. Le pays effectue son deuxième essai nucléaire souterrain.

2011 – Troisième essai nucléaire souterrain

2016 – Quatrième essai nucléaire souterrain.

2017 – Cinquième et sixième essais nucléaires souterrains. Selon les experts, le dernier essai a dégagé 250 kilotonnes, ce qui représente la puissance de 15 fois Hiroshima.

21 avril 2018 – La Corée du Nord annonce la fin des essais nucléaires ainsi que la fermeture de son site d’essais atomiques.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo