Souvenez-vous, en 2012 le magazine Mediapart révéla que l’ancien Ministre du Budget détenait des comptes en Suisse, ce qui avait déclenché un énorme scandale.

Le 8 décembre 2016, Jérôme Cahuzac était condamné par la justice française à trois ans de prison et cinq ans d’inéligibilité pour avoir caché au fisc un patrimoine de €3,5 millions dans plusieurs paradis fiscaux. Face à cette condamnation lourde et pour éviter la prison ferme, Cahuzac avait décidé de faire appel.

Un Ministre du Budget qui dissimule son patrimoine

La fraude familiale était bien rodée : €2,7 millions déposés à l’île de Man, €600 000 sur des comptes en Suisse, le tout envoyé à Singapour grâce à des sociétés écrans situées au Panama. Il s’était montré combatif lors de son premier procès, clamant que son premier compte en Suisse avait été ouvert pour financer l’activité politique de Michel Rocard. Faute d’éléments concrets, cette ligne de défense avait vite été balayée.

Lorsque Médiapart dénonce l’affaire en décembre 2012, Cahuzac nie les accusations en bloc face aux députés et au Président de la République. Selon le magazine, il détenait depuis les années 1990 un compte en banque non déclaré chez UBS, dont les versements seraient obtenus via la clinique du couple spécialisée dans les implants capillaires. Le 19 mars 2013, il démissionne. Le 2 avril, il avoue tout.

Nouvel avocat, nouvelle stratégie de défense

Pour ce procès qui durera jusqu’au 21 février, Jérôme Cahuzac a décidé de changer de stratégie de défense, ce qui passe par un nouvel avocat. C’est Maître Dupont-Moretti qui remplacera Maître Jean Veil à la barre pour défendre l’ancien ministre. L’ancien avocat de Bernard Tapie et Jerôme Kerviel est un grand habitué des procès à haute tension.

Du côté de la cour d’appel, elle sera présidée par Dominique Pauthe, un autre personnage expérimenté ayant déjà dirigé le procès Kerviel, l’affaire Clearstream ou encore le procès des emplois fictifs de la Mairie de Paris. Dans le cas où le tribunal confirme la peine initiale, Cahuzac rejoindra le club des anciens ministres français passés derrière les barreaux avec Tapie, Carignon, Médecin et Strauss-Kahn.

Condamnée à deux and de prison ferme, l’ex-femme de Jérôme Cahuzac Patricia Ménard a renoncé à faire appel. Celle qui fut accusée de mener une vie “enracinée dans la fraude” va purger sa peine sous surveillance électronique comme l’autorise la loi. De même, la banque suisse Reyl & Cie accusée d’avoir aidé à la dissimulation des avoirs ne sera pas présente, résignée à payer l’amende de €1,875 million.

Après l’affaire Cahuzac, les politiques français ont tenté de mettre en place plus de moralité et d’éthique. François Hollande l’a constaté en 2013, l’affaire à terni l’image de la vie politique. Ainsi, une haute autorité de transparence de la vie publique a été créée afin de contrôler les intérêts les élus et parlementaires.

L’affaire Cahuzac en 9 dates

16 mai 2012 : Jérôme Cahuzac est nommé Ministre délégué au Budget. Il fait alors partie du gouvernement de la «République exemplaire» de François Hollande.

5 décembre 2012 : Médiapart révèle que le couple Cahuzac dissimule un patrimoine de €3,5 millions grâce à un compte numéroté en Suisse. Cahuzac nie en bloc et menace d’attaquer le site pour diffamation. Quelques heures plus tard, Médiapart publie un aveu enregistré prouvant la culpabilité du ministre.

8 janvier 2013 : une enquête préliminaire est ouverture par le parquet de Paris à l’encontre de Jérôme Cahuzac pour “blanchiment d’argent et fraude fiscale”. Cahuzac salue la décision, et déclare qu’elle permettra de “prouver son innocence”.

8 février 2013 : interviewé par la chaîne radio RMC, Cahuzac déclare qu’il n’a jamais possédé de compte en Suisse, ajoutant que la Suisse apporterait les preuves de son innocence à la justice française.

15 mars 2013 : la justice prouve que la voix sur l’enregistrement appartient bien à Jérôme Cahuzac

19 mars 2013 : démission de Jérôme Cahuzac qui continue cependant de nier

2 avril 2013 : Jérôme Cahuzac avoue tous les faits

19 septembre 2013 : Cahuzac est mis en examen pour blanchiment d’argent et fraude fiscale

8 décembre 2016 : Cahuzac est condamné par la justice française à trois ans de prison ferme

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo