Le secrétaire d’État au ministère de l’Économie Benjamin Griveaux s’est rendu à Londres afin de vanter les mérites de la place financière parisienne.

Le but est ici de détrôner Francfort lorsque le Brexit sera effectif et que les emplois de la City seront relocalisés. Benjamin Griveaux a tenté de convaincre les banquiers et entrepreneurs français de venir s’installer à Paris.

L’opération séduction ne s’est pas arrêtée là, avec plusieurs interviews dans des médias tels que la BBC.

Pour le moment, les plus grandes banques internationales telles que Morgan Stanley, Citigroup, Standard Chartered, Nomura et Goldman Sachs ont jeté leur dévolu sur Francfort pour remplacer Londres après le Brexit.

La City: 400 000 emplois liés à la finance


Le quartier de Londres compte 400 000 emplois liés à la finance, dont 114 000 banquiers.

D’après le cabinet de conseil Oliver Wyman, La City pourrait perdre 35 000 à 40 000 emplois après le Brexit.

Francfort apparaît comme la place financière la plus prisée pour la relocalisation, Paris arrivant loin derrière.

Ce serait les banques anglaises et américaines qui souffriraient le plus après le Brexit, car elles utilisent Londres pour vendre leurs services à travers l’ensemble de l’Europe.

Entre Paris et Francfort, c’est la course

Plus que deux villes, ce sont deux cultures et deux méthodes qui s’affrontent. D’après les banquiers allemands, les français “abusent du style flamboyant” en référence aux têtes d’affiche politiques tels que Bruno Le Maire et Benjamin Griveaux qui font leur pèlerinage à New-York, Londres et bientôt au Japon.

Leur stratégie est la suivante: après la réforme du Code du Travail l’impôt sur les sociétés sera abaissé à 25% d’ici à 2022, le coût et le droit du travail seront réduits et les prélèvements forfaitaires sur les placements seront portés à 30%.

Cette fiscalité avantageuse devrait selon le secrétaire d’État français attirer les sociétés désireuses de quitter le Royaume-Uni après le Brexit.

Le gouvernement français continue d’y croire

Benjamin Griveaux a déclaré qu’il n’y a “rien de bloquant” en France pour les institutions bancaires qui désirent s’y installer après le Brexit.

À ce jour seulement la banque HSBC et l’assureur CHubb ont officiellement annoncé avoir choisi Paris. D’autres ont préféré Dublin ou Francfort. Si elle est nettement en retard par rapport à ses concurrents, Paris n’a pas encore perdu.

Les employeurs préfèrent Francfort, les employés Paris

Délocaliser à Francfort ou Paris ? Cela dépend si vous êtes employeur ou salarié. Le problème de Francfort, c’est que ce n’est pas une ville qui fait rêver les particuliers.

Elle traîne des images de ciel gris, d’ennui et de choucroute. Paris au contraire est très attractive pour les employés: c’est une ville superbe, riche par sa culture et sa cuisine, et proche du Royaume Uni.

Pour les employeurs, c’est une toute autre histoire: la France a des lois très strictes sur l’emploi et un Code du Travail très rigides, qui rendent l’embauche et le licenciement très onéreux.

Londres reste la capitale de la finance mondiale

Pièce de monnaie anglaise britannique près d'un graphique financier rouge et bleu dans un journal

Malgré le Brexit, le prestige de la City reste intact et Londres continue d’être considérée comme la capitale de la finance mondiale.

D’après l’index bisannuel des centres financiers globaux (GFCI) Londres est le premier centre financier au monde devant New York, Hong Kong, Singapour et Tokyo.

Paris adoucit les impôts sur les salaires des banques

Dans le but d’attirer en France les banques et assureurs ayant quitté le Royaume-Uni après le Brexit, Paris prévoit un joli cadeau fiscal à 300 millions d’euros: l’exonération partielle des taxes sur les salaires des assurances et banques.

Les sociétés françaises devraient également en profiter, cette réforme concernant l’ensemble de l’industrie dans un souci d’égalité. Si jusqu’à présent les salaires dépassant 152 000 euros par an ont été imposés à hauteur de 20%, ce chiffre devrait baisser jusqu’à 13,6%.

L’assureur Chubb choisit Paris

La société d’assurances cotée à la bourse de New-York et basée à Zurich a annoncé son intention de transférer son siège européen à Paris après le Brexit.

La société a déjà des bureaux à la Défense, où elle emploie 300 personnes. Pour Paris c’est une bonne nouvelle car jusqu’à présent les grandes banques comme Morgan Stanley, Citigroup et Goldman Sachs ont une préférence affichée pour Francfort.

contact us btn icon

Passez à l'étape supérieure avec Alvexo Donnez nous la possibilité de vous contacter.

Ravi de vous rencontrer! Utilisez au moins 3 caractères
C'est bon! Quelque chose ne colle pas. Veuillez réessayer
x

On se connait déjà! Connectez-vous ou récupérez votre mot de passe

Êtes-vous sûr? Veuillez réessayer s’il vous plaît
+ -