Avec le lancement de “Facebook News”, le réseau social se retrouve encore une fois dans la tourmente. Animé par la volonté de concurrencer Google News et de se défaire de sa réputation de désinformation, Mark Zuckerberg avait promis la mise en place d’un fil d’actualités “de haute qualité”. Mais le scandale n’est jamais très loin lorsqu’il est question de Facebook.

La révélation de la participation du média d’extrême-droite Breitbart à l’initiative a suscité un tollé auprès de l’opinion publique. Facebook pourrait perdre encore une fois en crédibilité.

Le droit à la “liberté d’expression”

Le 1er avril, Mark Zuckerberg évoquait le lancement d’une plateforme d’informations destinée à renforcer la “liberté d’expression”. Son objectif avoué : promouvoir un journalisme de qualité et indépendant.

Depuis le scandale de Cambridge Analytica et celui des fake news, l’opinion publique est dans l’attente de transparence de la part de Mark Zuckerberg.

La controverse a cependant encore rattrapé le patron du réseau social. Le jour de l’annonce du lancement de Facebook News, le 25 octobre, le New York Times a remarqué que le média d’extrême-droite Breitbart figurait comme partenaire de la plateforme, aux côtés de médias tels que le Washington Post. “Si Breitbart est un média de haute qualité, qu’en est-il du reste ?”, pouvait-on lire dans un article publié sur le site de CNN.

“Nous croyons en la liberté d’expression”, s’est défendue la numéro 2 de Facebook, Sheryl Sandberg, dans une interview pour Bloomberg TV. La COO de Facebook a également confirmé une croissance de 9% par rapport à l’année dernière.

A lire sur Alvexo: “Facebook prêt à lancer sa crypto”

Facebook et la responsabilité des publicités

Breitbart News, anciennement dirigé par le conseiller stratège en chef de la Maison Blanche, Steve Bannon, a été sévèrement critiqué pour avoir influencé les électeurs américains lors des élections de 2016.

Bannon est depuis parti mais continue à apporter son soutien aux idéologies d’extrême-droite en Europe, notamment au Rassemblement National de Marine le Pen ou encore au parti des Cinq Etoiles de Luigi di Maio en Italie.

Breitbart a été épinglé pour avoir publié des articles non vérifiés sur les candidats démocrates, et encouragé ses lecteurs à voter pour Donald Trump.

Une énième controverse

Par ailleurs, les académiciens ont exprimé leur inquiétude quant à la tournure du projet. “Inclure Breitbart dans Facebook News est une honte pour le nom de l’actualité”, a déclaré le professeur de la Columbia Journalism School Todd Gitlin à CNN.

En somme, Facebook News pourrait devenir un énième scandale pour l’entreprise, quelques semaines seulement après que son projet de crypto-monnaie soit repoussé et délesté de ses principaux partenaires bancaires. De plus, la coalition française lancée en Europe contre le lancement de Libra pourrait bien aboutir à l’annulation de la crypto-monnaie sur le Vieux Continent.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo

Articles à Recommender