En chute libre dans les sondages, le Président de la République Française Emmanuel Macron avait annoncé la semaine dernière prévoir un remaniement gouvernemental. Les rumeurs évoquaient même le départ du Premier Ministre, Edouard Philippe.

Mais ce mercredi 9 octobre,  c’est finalement un remaniement partiel qui pointe à l’horizon. Il aura fallu attendre 19h16, heure de Paris, pour recevoir toutes les informations.

La session plénière hebdomadaire de l’Assemblée Nationale aujourd’hui devrait réveiller la grogne de l’opposition, qui voit dans ce remaniement un Président bien affaibli.

Manifestations et abandon

“C’est une ambiance de fin de règne qui plane sur l’Élysée”, pouvait-on entendre hier sur les ondes de France Inter. 

Entre une perte de points historique dans les sondages – 69% des Français désapprouvent sa politique – et son jeune âge vivement critiqué par l’opposition, la fraîcheur du Président cherche désespérément un second souffle.

Abandonné ces dernières semaines par ses premiers “Marcheurs”, Gérard Collomb et Nicolas Hulot, Emmanuel Macron a du faire face  à une manifestation nationale de grande ampleur ce mardi 8 octobre.

 

Plus de 50 000 personnes se sont réunies en France métropolitaine afin de contester les réformes “anti-sociales” du gouvernement. En tête des revendications : la réformes des retraites, l’assurance-chômage ou bien encore Parcoursup. Des étudiants en passant par les salariés et les retraités, le Président semble attiser un mécontentement inter-générationnel.

Ce même jour, le Président se trouvait à la Station F, plus grande pépinière de start-ups en Europe, pour rencontrer les dirigeants des plus grandes start-ups françaises, dans le même arrondissement où se déroulait la manifestation parisienne.

Un gouvernement incertain

Alors qu’on attendait la démission du Premier Ministre Edouard Philippe mardi 8 octobre, un communiqué de l’Elysée a finalement coupé court aux rumeurs à 19h16.

“Le remaniement se fera sans que le Premier ministre ne donne sa démission et celle de son gouvernement”, a t-on pu lire sur le site de RTL, qui a relayé les informations en direct pendant toute la journée. Toujours selon le site de la radio, le gouvernement aurait essuyé plus de cinq refus.

On sait d’ores-et-déjà que Bruno Julliard, l’ancien premier adjoint (en charge de la Culture) d’Anne Hidalgo a refusé de rejoindre le gouvernement. Il était pourtant favori pour remplacer l’actuelle Ministre de la culture, Françoise Nyssen, dont la position semble fragilisée après avoir été mise en examen pour corruption.

Mathieu Klein, proche de Martine Aubry,  a également annoncé avoir refusé un poste au sein du gouvernement.

De nouvelles annonces aujourd’hui ?

Alors que le seul doute dissipé pour le moment semble la prolongation d’Edouard Philippe au poste de Premier Ministre, on ne savait toujours pas mardi soir qui remplacera qui.

Selon plusieurs médias, Christophe Castaner, Secrétaire d’État auprès du Premier Ministre et Chargé des Relations avec le Parlement, remplacerait Gérard Collomb. Marc Fesneau serait pressenti pour l’Agriculture, la Cohésion des territoires ou les Relations avec le Parlement.

Des décisions bien difficiles à prendre, qui semblent dérouter un gouvernement de plus en plus confus et de moins en moins populaire.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo

Articles à Recommender

C’est une excellente nouvelle pour l’industrie des transports français : Ouibus, qui appartenait jusque lors à la SNCF, vient d’être racheté par Blablacar. (REUTERS/Christian Hartmann)