Samedi dernier, Donald Trump et Emmanuel Macron se sont entretenus sur un sujet brûlant, celui de la Corée du Nord.

Le Président américain serait sur les charbons ardents, prêt à dégainer l’artillerie lourde afin d’éliminer toute menace nucléaire depuis Pyongyang.

Emmanuel Macron s’est enfin exprimé sur le sujet, pour affirmer ses craintes quant à une « escalade dangereuse » de la violence des échanges entre le pays asiatique et son rival américain.

 

Les provocations multiples de la Corée du Nord

Le 5 août dernier, le Conseil de sécurité de l’ONU votait pour la septième fois une série de mesures disciplinaires contre la Corée du Nord qui provoquait à nouveau la communauté internationale avec une volée de missiles.

Depuis son arrivée au pouvoir, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un renforce les capacités balistiques et nucléaires du pays, à grand renfort de tests.

Le dernier effectué le 9 septembre 2016 aurait eu une puissance de frappe similaire à celui lancé sur Nagasaki en 1945.

 

Entretien téléphonique entre Trump et Macron

Kim Jong un

Lors d’un entretien téléphonique avec Emmanuel Macron, Donald Trump a assuré se tenir prêt à déployer des moyens économiques, diplomatiques mais surtout militaires pour éradiquer la menace nucléaire en provenance de Corée du nord.

Les deux chefs d’État ont clairement exprimé la nécessité d’affronter la situation qui s’avère de plus en plus dangereuse.

Emmanuel Macron avait déjà déclaré dans un communiqué qu’une action “concertée, ferme et efficace” de la communauté internationale était nécessaire face à la menace.

 

Macron appelle à la prudence

Le Président français appelle à “la responsabilité de tous pour prévenir toute escalade de tensions” avec la Corée du nord.

Il est particulièrement concerné par la menace nucléaire en provenance du pays asiatique.

D’autre chefs d’État ont suivi et appelé à la retenue après ces déclarations et plusieurs journées d’échanges houleux entre Washington et Pyongyang.

 

Trump dérape dans ses propos

Trump in action

Les États-Unis et la Chine s’étaient conjointement engagés à la dénucléarisation de la péninsule coréenne après de nombreuses provocations.

La résolution 2371 du Conseil de sécurité était considérée par Donald Trump et le Président chinois Xi comme une étape importante du rétablissement de la stabilité en Corée.

Le Président chinois a réagi face aux propos belliqueux de Trump, pour lui demander d’éviter les mots et actes susceptibles d’aggraver les tensions avec la Corée.

« La partie concernée doit maintenant faire preuve de retenue, et éviter les mots et les actions qui exacerbent les tensions sur la péninsule coréenne », président chinois Xi Jinping à Donald Trump

 

Une situation « Comparable à la crise des missiles »

D’après le chef du Pentagone américain Jim Mattis, toute décision inconsidérée de la République populaire démocratique de Corée mènerait à la destruction de son peuple.

En effet, les actions des États-Unis seraient à chaque fois supérieures à celles de la Corée du Nord, et cette dernière perdrait inévitablement la course à l’arme nucléaire.

Le conseiller proche de Donald Trump Sebastian Gorka a quant à lui dressé un parallèle avec la crise des missiles à Cuba au début des années 1960.

Pour rappel, cet évènement a mené le monde au bord d’un conflit nucléaire.

 

Vers une escalade du conflit ?

Le 15 août dernier, le leader Nord-Coréen Kim Jong-un a déclaré vouloir « observer encore un peu le comportement idiot et stupide des Yankees » (les américains) pour ensuite décider du sort de l’île américaine de Guam.

Mais à une seule condition: ces derniers doivent mettre fin à leurs manoeuvres militaires avec leur rival Sud-coréen.

Pour Pyongyang, les manœuvres militaires entre Washington et Séoul constituent une invasion répétée du territoire de la Corée du Nord.

Mais Kim Jong-un a vite retrouvé ses esprits après ces déclarations pacifistes, pour prévenir qu’il n’hésiterait pas à « cerner Guam par le feu » en cas de nouvelles « actions irresponsables » des États-Unis.

Les prochaines manœuvres entre les deux pays devraient avoir lieu le 21 août prochain, sauf changement de dernière minute.

 

contact us btn icon

Passez à l'étape supérieure avec Alvexo Donnez nous la possibilité de vous contacter.

Ravi de vous rencontrer! Utilisez au moins 3 caractères
C'est bon! Quelque chose ne colle pas. Veuillez réessayer
x

On se connait déjà! Connectez-vous ou récupérez votre mot de passe

Êtes-vous sûr? Veuillez réessayer s’il vous plaît
+ -
A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo