Il y a du mouvement sur le marché très saturé des smartphones : d’après le cabinet d’études IDC, le fabricant chinois Huawei a vendu plus d’appareils qu‘Apple au deuxième trimestre de l’année. Il se positionne sur la deuxième marche du podium, juste derrière le sud-coréen Samsung.

Pour le moment, Samsung dispose d’une longueur d’avance. Mais pour combien de temps ? Huawei prévoit d’ores et déjà d’arriver numéro 1 dès la fin de l’année 2019.

  • Huawei a vendu plus de smartphones qu’Apple au deuxième trimestre de l’année.
  • C’est la première fois depuis 2010 qu’Apple perd sa place de numéro 2.
  • Huawei clame 15,8% de parts de marché, contre 20,9% pour Samsung et 12,1% pour Apple.
  • Le chinois prend la deuxième place du podium derrière le sud-coréen Samsung.

Classement des smartphones les plus vendus

Samsung : 20,9% de parts de marché
Huawei : 15,8% de parts de marché
Apple : 12,1% de parts de marché
Xiaomi : 9,3 % de parts de marché
Oppo : 8,6% de parts de marché
LG, Blackberry, Nokia, Motorola : 40% des parts de marché restantes

Apple relégué à la 3ème place

Toujours selon IDC, il s’agit de la première fois depuis 2010 qu’Apple n’est pas numéro 2 mondial du smartphone en termes de parts de marché. D’après l’analyste Ryan Reith qui est cité par IDC dans son étude, “la croissance continue d’Huawei est impressionnante, c’est le moins que l’on puisse dire, de même que sa capacité à entrer sur des marchés où, jusqu’à récemment, la marque était largement inconnue”. Selon lui, cette tendance est solide, et il faut s’attendre à ne plus voir Samsung et Apple en tête du palmarès.

Les ventes d’Huawei explosent

Du premier au second trimestre de l’année, les parts de marché d’Huawei sont passées de 11% à 15,8%, et ce malgré ses difficultés aux États-Unis où le constructeur est banni pour des raisons de “sécurité nationale”. Sur la même période, les parts de marché de ses concurrents sont restées stables.

Huawei a vu ses ventes bondir de 41%, pour atteindre 54 millions de smartphones écoulés au second semestre de l’année. Pour le marché européen, cela représente une hausse annuelle de +60%. La stratégie d’Huawei est simple : occuper tous les segments de marché à travers ses deux marques et soigner le haut de gamme, ce dernier lui permettant d’augmenter ses marges.

Depuis le début de l’année, Huawei a écoulé 200 millions de smartphones à travers le monde, contre 153 millions en 2017 et 139 millions en 2016. A ce rythme, le leader historique du marché Samsung, devrait bientôt être détrôné.

Même si l’écart entre les deux groupes est toujours conséquent, le Directeur de la branche produits de consommation d’Huawei, Richard Yu, a lui-même déclaré qu’il était “fort possible que Huawei soit numéro 1 au quatrième trimestre de 2019”.

Samsung pessimiste pour l’avenir

Certes, Samsung n’a pas de quoi se plaindre : ses bénéfices ont augmenté de 11,15% par rapport à 2017, ce qui représente un résultat net de $11 milliards. Mais le groupe sud-coréen prévoit une baisse de chiffre d’affaires de €44 milliards au prochain trimestre, en raison des ventes médiocres de son dernier modèle, le Galaxy S9.

Samsung aurait écoulé seulement 31 millions exemplaires du smartphone dans le monde depuis sa mise sur le marché. Du côté d’Apple, malgré sa troisième place le groupe génère plus de revenus et de marges que ses concurrents. C’est entièrement grâce à son positionnement haut de gamme.

Le marché des smartphones saturé en Europe

Les ventes mondiales de smartphones ont bondi entre 2010 et 2017, pour passer de 300 millions d’unités vendues pour plus d’un milliard. Selon les analystes, les consommateurs chinois ont tendance à toujours acheter de nouveaux modèles haut de gamme, tandis que les européens préfèrent conserver leurs smartphones plus longtemps.

C’est pour cette raison que Samsung a connu une chute de ses ventes de 15% sur le continent. Selon les chiffres préliminaires d’IDC, au deuxième trimestre de 2018 le marché mondial a connu une baisse de 1,8% annuelle avec 342 millions d’appareils vendus. La saturation du marché ainsi que des prix de vente moyens seraient responsables de l’affaiblissement du marché.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo