ADNOC, la compagnie nationale pétrolière d’Abu Dhabi, a signé un accord de coopération technologique avec Total, présent aux Emirats Arabes Unis depuis plus de 80 ans.

Le géant pétrolier français, actionnaire à 5%, aidera le groupe emirati à développer le premier système automatisé au monde d’acquisition de données sismiques” à l’aide de drones nouvelle génération. 

Une première mondiale qui pourrait bien faciliter les forages pétroliers et optimiser la production de nouveaux gisements.

Une première mondiale

C’est une grande nouvelle pour l’industrie pétrolière : Total, actionnaire minoritaire du groupe ADNOC, va lancer le “premier système automatisé au monde d’acquisition de données sismiques”.

Des drones ainsi qu’un véhicule autonome seront déployés à Abu Dhabi par Total en début d’année, afin de récupérer des données sur les sols de l’Émirat. L’objectif: optimiser et mieux planifier de nouveaux forages.

“Avec des innovations dans l’acquisition de données sismiques, Total vise à minimiser l’impact des activités pétrolières et à améliorer la qualité des images du sous-sol, tout en accroissant l’efficacité opérationnelle”, a expliqué Dominique Janodet, directeur du département de recherches et développement de la branche Exploration & Production chez Total.

En 2017, le groupe français avait déjà mené des essais en Papouasie-Nouvelle-Guinée pour ce projet baptisé METIS, acronyme pour Multiphysics Exploration Technology Integrated System – soit un système intégré de technologies d’exploration multiphysiques.

A lire sur Alvexo: “L’attaque en Arabie Saoudite fait bondir les prix du pétrole”

al_playbook2020_970x250

Optimiser la production pétrolière

Avec METIS, les deux géants pétroliers espèrent optimiser les forages pétroliers et maximiser leur production.

“La finalité de cette collaboration est le développement commun d’un système d’acquisition de données pour l’acquisition d’images sismiques 3D et 4D de haute qualité”, explique Khadija Al Daghar, la directrice R&D du département technologique d’ADNOC.

Ces données pourront être traitées en temps réel afin de mieux comprendre le sous-sol, de réduire les incertitudes en matière de forage et de géosciences”, ajoute-t-elle.

ADNOC met le cap sur le gaz naturel

Si l’accord entre Total et ADNOC a impressionné les experts par ses avancées technologiques, il confirme aussi la transition du groupe pétrolier émirati, qui souhaite diversifier ses activités.

Depuis le mois d’avril, le groupe d’Abu Dhabi a également développé ses projets portant sur le gaz naturel liquéfié. C’est dans ce contexte qu’un accord entre ADNOC et British Petroleum (BP) a également été annoncé le 13 novembre,  pour un contrat d’approvisionnement.

Selon le groupe émirati, le gaz naturel liquéfié est “l’hydrocarbure qui connaît la croissance la plus rapide, avec un taux de croissance proche de 4% par an.”

Avec une raréfaction du pétrole et une demande en hausse, la demande annuelle mondiale en gaz devrait atteindre 600 millions de tonnes d’ici 2035. Elle n’était que de 300 millions de tonnes par an il y a encore deux ans.

 

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo

Articles à Recommender