C’est officiel : les premiers billets de Blue Origin, le projet aérospatial de Jeff Bezos, seront mis en vente l’an prochain. Le Vice-Président, Rob Meyerson, en a fait l’annonce le week-end dernier.

Alors que le prix reste à déterminer, les premiers vols tests auront lieu dans les prochains mois sur le site texan de Blue Origin.

C’est une première mondiale, alors que les principaux concurrents Tesla et Virgin Galactic multiplient les échecs.

Une course contre la montre

Qui de Virgin Galactic, Tesla ou Blue Origin enverront les premiers civils dans l’espace grâce au tourisme aérospatial ? Les experts observent de près cette course contre la montre.

Alors que Tesla annonçait il y a quelques jours la signature d’un contrat avec l’armée militaire pour une de ses fusées prénommée “Falcon Heavy Rocket”, Blue Origin a fait son annonce du tourisme aérospatial lors de l’Amazon Web Services Public Sector Summit. Il semblerait que Tesla s’éloigne progressivement du tourisme spatial.

De son côté,  Jeff Bezos, fondateur d’Amazon et de Blue Origin, a lancé une campagne de recrutement pour trouver des ingénieurs qualifiés. L’objectif : devenir la première compagnie touristique aérospatiale.

Une stratégie au long terme

Qu’attendre après les simples vols commerciaux pour visiter l’espace ? A cette question, Jeff Bezos répond que le futur de l’humanité est ailleurs. “Pour moi c’est évident, il y aura des millions d’êtres humains qui vivront bientôt dans l’espace”, a expliqué Jeff Bezos durant la conférence. “D’autres iront y travailler. Nous devons accepter que ces personnes auront besoin d’être transportées”, a t-il ajouté.

La stratégie de Blue Origin va à contre-sens avec celle employée par Elon Musk, le fondateur de Tesla. Alors que Musk n’enverra que deux voyageurs d’ici à 2022, le fondateur d’Amazon veut créer un tourisme aérospatial de masse, en vue de créer les transports en commun de l’espace.

En essai depuis 2015, Blue Origin a connu quelques défaillances, dont un problème hydraulique lors d’un test. Le Vice-Président a souhaité rassuré son audience lors de la conférence. Il a qualifié cet épisode de “lancement parfait et durable”. Car si les essais se révèlent coûteux, ils peuvent également se solder par des évènements tragiques.

L’aérospatial, un secteur coûteux

Richard Branson est un homme médiatisé, mais très discret lorsqu’il s’agit d’évoquer Virgin Galactica. L’année dernière, les essais ont causé la mort de plusieurs employés, dont un pilote californien père de deux enfants, laissant le lancement de sa navette en suspens.

Alors que 600 billets avaient été vendus au prix unitaire de $250 000, Virgin n’a pas encore lancé ses vols dans l’espace et n’a pas communiqué une date de lancement.

De son côté, Elon Musk essuie les revers de ventes exécrables au dernier trimestre de ses voitures Tesla. Ces ventes devaient financer son projet aérospatial. Alors qu’il avait projeté de vendre 5 000 automobiles par semaine en 2018, moins de 10 000 ont été vendues au premier trimestre.

Blue Origin semble être le projet le plus abouti pour le moment. A ce jour, plus de 700 personnes auraient payé une caution afin de se procurer un billet. Le prochain essai aura lieu cet été, laissant les actionnaires optimistes pour un lancement l’année prochaine.

A noter : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d'Alvexo